NOUVELLES

Espagne: le tribunal de Palma se prépare à l'arrivée de l'infante Cristina

07/02/2014 06:52 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Tout était prêt vendredi dans la salle du tribunal de Palma, sur l'île de Majorque, où l'infante Cristina s'assoira samedi face au portrait accroché au mur de son père, le roi d'Espagne, pour être interrogée par un juge qui la soupçonne de fraude fiscale.

L'infante Cristina, âgée de 48 ans, prendra place sur le même fauteuil en bois tapissé de velours rouge faisant face au magistrat qu'avait utilisé en février 2012 son époux, Iñaki Urdangarin, mis en examen dans la même affaire.

Samedi, le juge d'instruction José Castro tentera de savoir si la princesse, inculpée de fraude fiscale et blanchiment d'argent, a coopéré avec les activités délictueuses dont est soupçonné son mari, un ex-champion olympique de handball.

Dans une cohue médiatique inédite, selon le service de presse du tribunal, le juge Castro est arrivé vendredi matin en scooter, comme à son habitude.

Interrogé sur comment il se sentait avant l'audition la plus attendue de sa carrière, le juge Castro, premier magistrat à mettre en examen un membre de la Famille royale, a lancé sur un ton tranquille: "Je vais parfaitement bien".

Sous l'oeil des caméras de télévision du monde entier, avec 300 journalistes accrédités, l'infante devra samedi matin parcourir le chemin menant jusqu'à la porte du tribunal.

Alors que l'accès, au bout d'une ruelle étroite, se fait habituellement à pied, la justice l'a autorisée à faire en voiture les derniers mètres, sur avis de la police qui a invoqué "de strictes raisons de sécurité".

"Cela n'est pas de mon ressort", a expliqué vendredi le juge Castro lorsqu'on lui a demandé comment l'infante arriverait. La veille, l'un des avocats de la princesse avait laissé entendre qu'elle suivrait les indications de la police.

Mais l'incertitude régnera jusqu'à sa convocation, samedi à 09H00 GMT, l'infante pouvant se décider jusqu'au dernier moment.

elc/sg/abk

PLUS:hp