POLITIQUE

Coupes budgétaires : les scientifiques sont inquiets pour la santé des Canadiens

07/02/2014 06:35 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT
Thomas Tolstrup via Getty Images

La grande majorité des scientifiques, chercheurs et ingénieurs fédéraux affirment que les politiques et les compressions dans les domaines scientifiques affectent à la fois leur travail, mais mettent surtout en péril la santé des Canadiens et la qualité de l'environnement.

Un texte de Michel Rochon Twitter Courriel

C'est ce qui ressort d'un vaste sondage de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada auprès des scientifiques travaillant pour les principaux ministères et organismes fédéraux.

Dans ce rapport intitulé La désintégration de la science publique au Canada, on découvre que 91 % d'entre eux pensent que les compressions budgétaires imposées dans la science fédérale, dont la plupart entreront en vigueur au cours des prochaines années, affaibliront la capacité du gouvernement à servir l'intérêt public.

De façon plus spécifique, près de 9 scientifiques sur 10 (86 %) du ministère des Pêches et des Océans pensent que les récentes modifications à la Loi sur les pêches vont nuire à la capacité du Canada de protéger le poisson et son habitat.

*** Pour consulter le graphique sur un appareil mobile, cliquez ici

Des compressions « massives et impopulaires »

Près de 70 % des scientifiques d'Environnement Canada affirment que le pays régresse en matière de protection de l'environnement depuis cinq ans. De plus, 80 % des scientifiques du Conseil national de recherches du Canada estiment que la réputation du pays a décliné sur la scène internationale au cours de la même période dans le domaine de l'innovation et de la technologie.

Leur liberté de travail et de collaboration semble également brimée. Quelque 73 % des scientifiques craignent que les nouvelles politiques ministérielles sur la propriété intellectuelle, la permission de publier et la collaboration compromettent leur capacité à collaborer à des projets internationaux.

Selon la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Debi Daviau, les efforts du gouvernement Harper pour équilibrer le budget fédéral à temps pour les élections de 2015 « reposent sur des compressions massives et impopulaires dans la science publique qui mettent en danger la santé, la sécurité et l'environnement des Canadiens ».

D'ailleurs, un autre récent sondage, mené auprès des Canadiens par Environics, révélait que 73 % des répondants affirment que la santé publique, la sécurité et la protection de l'environnement devraient être les priorités du gouvernement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Budget fédéral 2013