NOUVELLES

JO de Sotchi: ce qui a pu être interprété comme des clins d'œil à la communauté gaie

07/02/2014 05:05 EST | Actualisé 07/02/2014 05:05 EST
AFP

SOTCHI 2014 - Après la controverse des lois russes contre "la propagande homosexuelle" et les multiples appels au boycott, les Jeux olympiques d'hiver de 2014 ont officiellement débuté vendredi 7 février.

Très attendue, la cérémonie d'ouverture a duré plus de deux heures et 45 minutes. De quoi laisser le temps à certains de débusquer les tentatives discrètes de soutien à la cause LGBT dans ce contexte difficile.

Les gants multicolores grecs

gants grecs

Ils ont fait sensation sur le web. Les gants de la délégation grecque ont rapidement fait penser les internautes au drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT.


Même si l'on ne peut pas écarter le fait que la Grèce ait voulu soutenir les droits des homosexuels lors de son défilé, on remarque tout de même que les gants que la délégation porte fièrement ressemblent surtout aux gants officiels des JO qui reprennent les couleurs du drapeau olympique.

La tenue allemande

delegation allemande


Plusieurs internautes et médias n'ont pas résisté à l'envie de voir dans les tenues multicolores de la délégation allemande une forme de soutien aux athlètes, visiteurs ou aux russes gais qui sont actuellement discriminés en Russie:



Pourtant, il n'en est apparemment rien. Le Comité olympique allemand a en effet assuré il y a quelques jours que "les uniformes ne sont pas une manifestation". Pour le directeur général du Comité, Michael Vesper, "c’est juste une veste à la mode". À la mode? Pas sûr que l'argument ne tienne si l'on en croit quelques utilisateurs de Twitter:


La présence du groupe t.A.T.u

tatu

Le groupe russe d'électro-pop t.A.T.u., formé par deux chanteuses, a participé à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi comme cela avait été annoncé plus tôt par les organisateurs.

Habituées à se mettre en scène dans des poses sensuelles, les deux jeunes femmes sont devenues de véritables icônes gaies.

Elles sont cependant restées bien sage à Sotchi et se sont contentées de se prendre la main au milieu de leur interprétation. Et si leur participation pouvait être interprétée comme un pied-de-nez de la Russie dans la controverse sur une récente loi russe interdisant la propagande de l'homosexualité, le directeur de la cérémonie d'ouverture, Konstantin Ernst, a seulement assuré que la chanson interprétée était efficace pour la motivation des athlètes.

Le titre de la chanson de ce soir? Nas Ne Dogonïat, que l'on peut traduire par "On ne nous attrapera pas". Voilà qui semble pourtant tomber à pic dans le contexte actuel en Russie où certains n'hésitent pas à parler de "chasse aux homosexuels".


La musique de Tchaïkovski

Au cours de la cérémonie, il a été possible d'entendre à plusieurs reprises l'un des compositeurs russes phares: Piotr Tchaïkovski. Un musicien de renommée mondiale dont l'homosexualité a été évoquée de très nombreuses fois.

De là à y voir un quelconque signe de la part de la Russie, il ne faut rien exagérer. On ne saurait oublier la controverse qui a eu lieu l'année dernière lorsqu'un film biographique sur ce personnage emblématique a été annoncé: soutenu financièrement par le gouvernement russe, le scénario a été retouché pour faire disparaître toute mention d'une relation que le compositeur entretenait avec un homme.

INOLTRE SU HUFFPOST

Cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi