NOUVELLES

Ukraine: l'agresssion contre une journaliste due au "hooliganisme"

06/02/2014 01:36 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

L'agression perpétrée en décembre contre Tetiana Tchornovol, journaliste d'opposition ukrainienne, était due au "hooliganisme", a indiqué jeudi le parquet, affirmant que la victime avait fait une "queue de poisson" au véhicule de ses agresseurs.

Le jeune femme qui est également militante très active contre le président Viktor Ianoukovitch a été sauvagement battue fin décembre à la tête et au visage dans la banlieue de Kiev par des inconnus qui ont forcé sa voiture à s'arrêter.

L'affaire de la journaliste qui a accusé le président Ianoukovitch d'être derrière cette attaque avait suscité le tollé en Ukraine et a été dénoncée par les Occidentaux.

"L'hypothèse du hooliganisme a été prouvée", a indiqué le procureur général adjoint Roman Andreïev en expliquant que la journaliste avait "fait une queue de poisson" à la voiture de ses agresseurs.

"Oui, j'ai fait la queue de poisson à Ianoukovitch et je vais continuer de le faire", a réagi la journaliste dans son blog sur le site en ligne Ukraïnska Pravda.

"Les bouchers qui m'ont frappée plus de dix fois au visage et à la tête sont appréciés par le pouvoir et continuent de travailler dans les +escadrons de mort+", a-t-elle poursuivi.

Deux suspects ont été arrêtés. Un troisième recherché par la police "a été interpellé en Russie", a indiqué le parquet.

Tetiana Tchornovol qui s'est rendue à plusieurs reprises à la résidence de campagne Mejiguiria du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, a publié plusieurs enquêtes sur la privatisation, selon elle "illégale", de cette propriété devenue le symbole de la corruption en Ukraine.

Elle est également en première ligne de la contestation sans précédent née fin novembre de la volte-face du pouvoir sur un rapprochement avec l'Europe, au profit de la Russie.

neo/via/jeb

PLUS:hp