NOUVELLES

Sotchi 2014: L'or serait la fin parfaite d'une carrière de 17 ans pour Virtue et Moir

06/02/2014 11:19 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

SOTCHI, Russie - Ils blaguent de faire de la danse sociale ensemble. Ou peut-être garder les enfants de l'un et l'autre.

Tessa Virtue et Scott Moir se demandent souvent de quoi va avoir l'air leur vie quand leur aventure sera terminée, après avoir passé presque chaque jour ensemble à l'aréna au cours des 17 dernières années.

Ce nouveau départ approche. Les champions olympiques en titre en danse sur glace devraient prendre leur retraite après les Jeux de Sotchi, qui seront le dernier chapitre d'une des carrières les plus brillantes du Canada dans cette discipline.

Pour eux, les Jeux de Sotchi sont plus qu'une occasion de défendre leur titre, selon Moir.

«C'est un moment dans notre carrière que nous n'oublierons jamais et nous voulons qu'il soit parfait, juste pour nous», a dit le jeune homme de 26 ans lors d'une conférence de presse, jeudi.

«Nous sommes ici, à d'autres Jeux, et nous voulons gagner, mais nous voulons connaître notre moment sur la glace et notre programme libre raconte notre relation, notre carrière. C'est donc plus personnel que simplement la quête d'une autre médaille d'or olympique.»

Virtue et Moir, qui sont les meneurs d'une délégation de 17 athlètes canadiens en patinage artistique à Sotchi, auront l'occasion d'ajouter deux médailles d'or à leur collection en raison de l'ajout d'une compétition par équipe, qui débutait jeudi.

Ce serait la fin parfaite d'un partenariat qui a débuté quand Virtue était âgée de seulement sept ans et Moir de neuf ans.

Leur programme libre cette saison, effectué sur un morceau du compositeur russe Alexander Glazunov intitulé «Les Saisons», raconte l'histoire de leur carrière et les dernières secondes représentent les Jeux de Sotchi.

«Ça raconte les hauts et les bas d'un jeune homme et d'une jeune fille qui travaillent ensemble et qui passent à travers différentes épreuves», a expliqué Moir.

«Nous avons une relation particulière, une amitié, peu importe comment vous voulez appeler ça, nous ne savons pas comment l'appeler. Mais nous savons que c'est spécial et c'est ce que nous célébrons.»

Virtue, de London, en Ontario, et Moir, qui a grandi à 20 kilomètres de là, à Aileron, soutiennent qu'ils ne regardent pas plus loin que le 17 février, quand ils présenteront leur programme libre en danse.

«Ça va demander certains ajustements, c'est certain», a admis Moir en parlant de la fin de son aventure avec Virtue.

Deux fois champions du monde, ils ne se gênent pas pour dire que leur objectif est de remporter à nouveau la médaille d'or, des propos qui ne sont pas nécessairement typiques des athlètes canadiens.

«Quand nous l'avions dit en 2010, on avait presque entendu les gens retenir leur souffle. Ils ne s'attendaient pas à ça, a raconté Moir. Pour moi, le temps pour agir comme un Canadien, c'est après la compétition. Vous devez gagner ou perdre avec grâce, c'est ça être Canadien pour moi.»

On leur a demandé s'ils croyaient être les négligés à Sotchi puisqu'ils ont été battus par leurs rivaux américains Meryl Davis et Charlie White lors des mondiaux le printemps dernier et à la finale de la série Grand Prix en décembre.

Les Canadiens croient avoir atteint un niveau différent des derniers mois et soutiennent être au sommet de leur forme présentement.

«Ça ne fait aucun doute que Meryl et Charlie sont prêts, et ils sont prêts très tôt en saison, je pense que ça rend hommage à leur préparation et ils sont d'excellents patineurs», a indiqué Virtue.

«Les dernières compétitions n'ont pas été à notre avantage, mais... nous sommes une équipe différente qu'en décembre, a ajouté Moir. Nous croyons être prêts à triompher ici, nous croyons que ce sont nos Jeux, nous sommes ici pour gagner.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Les sportifs insolites à Sotchi