NOUVELLES

Pédophilie: Les légionnaires du Christ demandent pardon pour les crimes de leur fondateur

06/02/2014 02:13 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Les Légionnaires du Christ, puisssante congrégation catholique éclaboussée par les crimes pédophiles de son fondateur, le père Marcial Maciel, a demandé vendredi pardon pour les "actions très graves et immorales" de ce dernier.

Dans un communiqué publié vendredi, la congrégation a également annoncé l'élection de son nouveau directeur général, le père mexicain Eduardo Robles Gil, 61 ans.

Réunis depuis début janvier au Vatican, la congrégation se dit consciente des "actions très graves et objectivement immorales" de son fondateur, "qui ont mérité les sanctions imposées par la Congrégation pour la doctrine de la foi". Depuis 2010,le cardinal Velasio de Paolis, dirige l'institution qui avait été chargé par Benoît XVI de l'accompagner dans sa refondation. Les légionnaires doivent aboutir notamment à la rédaction de nouveaux statuts.

Le père Maciel, qui a dirigé avec poigne jusqu'à sa mort l'importante congrégation qu'il avait fondée en 1941 à Mexico, est accusé de nombreux abus que la congrégation énumère : "abus de mineurs séminaristes, actes immoraux commis avec des hommes et des femmes adultes, usage arbitraire de son autorité et des biens, consommation exagérée de médicaments addictifs, appropriation d'écrits publiés par des tiers".

Mort en janvier 2008 aux Etats-Unis à l'âge de 87 ans, le père Maciel avait été contraint deux ans plus tôt par le Vatican à "renoncer à tout ministère public" et à "vivre une vie retirée dans la prière et la pénitence".

"L'attitude incohérente qui a consisté à continuer à se présenter pendant des dizaines d'années comme prêtre et témoin de la foi alors qu'il cachait ces conduites immorales nous apparaît incompréhensible", indique le communiqué de la congrégation.

Les légionnaires du Christ reconnaissent également l'incapacité des responsables dans le passé "à croire les témoignages" des victimes du père Maciel, "le long silence institutionnel puis les hésitations et les erreurs de jugement au moment d'informer les membres de la congrégation et les autres personnes". Ils regrettent également le culte de la personnalité qui s'était développé autour du père Maciel, "l'exaltation excessive et la vision acritique de la personne".

Ce mea culpa des Légionnaires du Christ intervient au lendemain de la publication d'un rapport de la Commission des droits de l'Enfant de l'ONU, très critique à l'égard du Vatican pour sa gestion des abus pédophiles commis par des membres du clergé.

str-mle/gg

PLUS:hp