NOUVELLES

Le pétrole vivifié à New York par de bons chiffres sur l'emploi

06/02/2014 03:03 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi à New York, vivifiés par de bons chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis et la succession des vagues de froid dans le nord-est et le centre du pays.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars a gagné 46 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour terminer à 97,84 dollars, après être monté en cours de séance à son plus haut depuis un mois.

"On se rapproche du niveau de résistance des 100 dollars", a remarqué Gene McGillian de Tradition Energy. "Le marché semble avoir de la marge pour monter encore plus mais il décidera de la prochaine direction à prendre après l'important rapport mensuel sur l'emploi" prévu vendredi et jugé comme un indicateur majeur pour jauger la vigueur de reprise de la première économie mondiale.

En attendant, les chiffres sur le marché du travail dévoilés jeudi ont encouragé les investisseurs.

Selon les autorités américaines, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont reparties à la baisse dans le pays la semaine dernière, marquant un recul de 5,7% par rapport à la semaine précédente.

"C'est un chiffre plutôt décent, cela accroît les perspectives de demande de pétrole et c'est de bon augure avant la diffusion du rapport sur l'emploi" vendredi, a souligné Phil Flynn de Price Futures Group.

La Banque centrale européenne a aussi participé à la montée des cours de l'or noir, selon le spécialiste.

L'institution a laissé son taux directeur inchangé, au niveau historiquement bas de 0,25%, au terme de sa réunion mensuelle de politique monétaire, et n'a pas suggéré d'assouplissement prochain de sa politique monétaire, ce qui a fait grimper l'euro face au dollar. Or tout accès de faiblesse du billet vert rend plus attractifs les achats de brut libellés dans la monnaie américaine pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, "la demande pour les produits distillés reste solide en raison du temps", particulièrement rigoureux en ce moment dans plusieurs régions des Etats-Unis, a souligné Phil Flynn.

Selon le rapport hebdomadaire du département américain de l'Énergie (DoE) sur les stocks pétroliers publié mercredi, les réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont de fait continué à reculer, de 2,4 millions de barils, la semaine dernière.

jum/sl/gde

PLUS:hp