NOUVELLES

JO-2014 - Freestyle - Paraguay, le choix du coeur de Julia Martino

06/02/2014 05:01 EST | Actualisé 07/04/2014 05:12 EDT

Née au Paraguay et adoptée par une famille américaine, Julia Martino aurait pu défendre les couleurs des Etats-Unis à Sotchi dans l'épreuve de ski slopestyle, mais elle a choisi d'être la première représentante de son pays de naissance à des JO d'hiver.

Julia Martino ne connaît pas vraiment le Paraguay et ne baragouine que quelques mots d'espagnol, mais elle n'a pas hésité longtemps lorsqu'il s'est agi de choisir le pays qu'elle voulait représenter au plus haut niveau.

"Pour moi, participer aux JO, c'est représenter le pays dont on vient et je viens du Paraguay", explique-t-elle en anglais à l'AFP.

"Mes parents ne m'ont jamais caché d'où je venais, ils ont toujours intégré le Paraguay dans mon éducation", poursuit l'étudiante en psychologie de l'université du Colorado.

Son choix, elle ne l'a pas fait par défaut, car ses résultats auraient pu lui ouvrir les portes de l'équipe des Etats-Unis.

L'hiver dernier, elle a en effet pris la 2e place en Espagne de la finale de la Coupe du monde de ski slopestyle, une épreuve sur un snowpark truffé de modules de neige et de rampes en fer.

Fracture de la clavicule

L'encadrement de l'équipe des Etats-Unis a alors commencé à évoquer avec elle les Jeux de Sotchi.

"J'ai pris du temps pour réfléchir. Le Paraguay, c'est ma maison, j'ai un lien spécial avec ce pays", insiste-t-elle, tout en reconnaissant qu'elle a hâte de "passer plus de temps dans le pays, apprendre à mieux le connaître et progresser en espagnol".

Depuis son adoption à l'âge de six mois par une famille de Winchester, près de Boston (Massachusetts), Martino n'est allée qu'une seule fois au Paraguay, en novembre 2013 lorsqu'elle a rencontré les dirigeants du comité olympique local pour leur faire part de sa décision.

Son passage à Asuncion, la capitale, lui a valu les honneurs de l'émission de télévision la plus regardée du pays.

Mais la néo-Paraguayenne, née dans la région du Chaco, l'une des plus arides au monde, aborde son premier rendez-vous olympique dans le flou.

Le 12e mondiale de l'hiver 2012-13 s'est blessée à l'entraînement fin octobre à Saas Fee, en Suisse. Bilan, fracture de la clavicule droit.

Elle a dû subir une intervention chirurgicale et faire une croix sur le circuit de la Coupe du monde.

"Je me suis concentrée sur la rééducation pour retrouver toute la mobilité de mon épaule. Mon classement mondial n'est pas important pour les JO", souligne Martino qui a perdu son père adoptif à l'âge de 15 ans.

"Mon but pour ces Jeux est de donner le meilleur de moi-même et de profiter de cette expérience olympique. Bien sûr comme tout athlète, je vise une médaille, mais ce qui compte surtout pour moi et le Paraguay, c'est de rejoindre la scène internationale dans les sports d'hiver", souligne-t-elle.

psr/jr/el

PLUS:hp