NOUVELLES

Déchets toxiques en Italie: adoption de mesures pour le "Triangle de la mort"

06/02/2014 12:09 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Le parlement italien a adopté une série de mesures en faveur des habitants du "Triangle de la mort", une zone située au sud où la mafia locale a enterré des tonnes de déchets hautement toxiques.

Ce décret-loi "est la première réponse depuis des décennies à ce drame, il importe désormais de bien l'appliquer", s'est réjoui le président du conseil Enrico Letta.

Egalement appelée "Terre des feux" par les Italiens, cette zone, située à mi-chemin entre Naples et Caserte, tire son nom des innombrables incendies allumés au cours de décennies pour brûler les déchets, le plus souvent toxiques, enterrés illégalement ou jetés dans les champs par la Camorra, la mafia napolitaine, qui en a fait une affaire juteuse.

Des entreprises souvent basées au nord et dans le centre de l'Italie ont préféré lui verser des sommes dérisoires pour se débarrasser de leurs déchets plutôt que de passer par des firmes respectueuses des règles qui pratiquent des prix plus élevés.

Ces déchets dégagent des fumées toxiques en brûlant et empoisonnent la terre et les nappes phréatiques, entraînant une hausse très élevée du nombre de cancers (+40% chez les femmes, +47% pour les hommes).

Parmi les neuf mesures adoptées par le Parlement italien, figure notamment le contrôle sanitaire de quelque 1,3 million de personnes, qui débutera en mai. Ce sera la plus grande campagne de ce type jamais réalisée dans la péninsule depuis 1973, quand la population fut massivement vaccinée contre le choléra.

En plus d'un vaste plan de décontamination mis en place par le gouvernement ces derniers mois, tous les terrains agricoles devront être contrôlés durant les 150 prochains jours, afin de déterminer ceux qui sont cultivables et ceux déclarés impropres à la culture.

Le délit de combustion illicite de déchets a, par ailleurs, été ajouté au code pénal italien.

Selon l'association de protection de l'environnement Legambiente, 10 millions de tonnes de déchets industriels - bitume et amiante, mais aussi colles industrielles et solvants, pneus, conteneurs et refrigérateurs - ont été brûlées ou enfouies dans cette zone entre 1991 et 2013 grâce à des milliers de camions travaillant de nuit.

lrb/mle/gg

PLUS:hp