NOUVELLES

Corées : les familles séparées pourront-elles se rencontrer bientôt?

06/02/2014 05:42 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

La sortie d'un bombardier B-52 américain au-dessus de la Corée du Sud remet en cause l'application de l'accord conclu entre Séoul et Pyongyang sur la réunion de familles séparées par la guerre de 1950-53, a prévenu jeudi la Corée du Nord.

Pyongyang accuse les Américains d'avoir fait voler, mercredi, plusieurs B-52 au large de la côte ouest de la péninsule coréenne.

L'armée américaine n'a pas confirmé, mais une source militaire sud-coréenne a dit à l'agence de presse Yonhap qu'il s'agissait d'un vol d'entraînement fait par un seul appareil.

Dans une déclaration lue à la télévision nationale, la Commission de défense nationale, plus haute instance militaire de Corée du Nord, a accusé les États-Unis de s'entraîner à des frappes nucléaires.

« Au moment où l'accord était conclu sur la réunion de familles séparées à Panmunjom, une formation de bombardiers stratégiques B-52 venue de Guam a procédé toute la journée au large de la côte ouest de Corée à des entraînements aux frappes nucléaires, nous prenant pour cible », a-t-elle dit.

L'accord sur les familles conclu mercredi par les deux Corées prévoit que les réunions, qui n'ont plus eu lieu depuis 2010, reprendront pour six jours, du 20 au 25 février, dans les montagnes sacrées de Kumgang, du côté nord de la frontière.

Les accords de ce genre sont rares entre les deux pays, et par le passé il est arrivé que le Nord les annule à la dernière minute, comme en septembre dernier.

La tension est remontée brutalement en 2013 dans la péninsule coréenne, Pyongyang réagissant vivement au renforcement des sanctions des Nations unies imposé en réplique à un troisième essai nucléaire de la Corée du Nord et menaçant de frappes nucléaires la Corée du Sud, le Japon et Guam, et jusqu'aux États-Unis proprement dits.

Washington avait répondu par des vols de B-2 et de B-52 dans le ciel sud-coréen.

PLUS:rc