NOUVELLES

Brésil: 100.000 hommes des forces de l'ordre pour la sécurité du Mondial

06/02/2014 05:17 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Quelque 100.000 hommes des forces de l'ordre seront mobilisés au Brésil pour assurer la sécurité du Mondial de football du 12 juin au 13 juillet, a annoncé jeudi à Rio le secrétaire national extraordinaire des "grands événements", Andrei Rodrigues.

"En juin, pour la Coupe des Confédérations, 50.000 hommes ont été mobilisés dans tout le Brésil. On estime à 100.000 le nombre de professionnels de sécurité qui seront mobilisés pour la Coupe du monde", qui se déroulera dans douze villes hôtes, a déclaré M. Rodrigues au Centre intégré de Commandement et Contrôle (CICC) des polices de Rio.

Ce chiffre comprend les effectifs des polices civile, militaire et routière et de la Force nationale, une force d'élite qui pourra intervenir en cas de besoin, a-t-il précisé à un petit groupe de journalistes.

M. Rodrigues a entamé cette semaine la tournée des douze villes hôtes du Mondial pour entendre les demandes des autorités locales en matière de sécurité. Elles seront ensuite envoyées à la présidente Dilma Rousseff pour l'élaboration finale d'un plan.

A Rio, la troisième ville visitée après Sao Paulo et Porto Alegre, étaient présents à la réunion les représentants des polices fédérale, civile, militaire et routière, de la Marine, du Secrétariat à la sécurité publique de l'Etat de Rio, des ministères de la Justice et de la Défense, de l'Etat Major des forces armées, du secrétariat général de la Présidence et des services de renseignements.

Le secrétaire national des grands événements a rappelé que la sécurité tenait compte de 15 grands thèmes allant de la menace terroriste à la sécurité des stades et délégations, la surveillance des supporteurs violents et le contrôle des manifestations.

La houleuse Coupe des confédérations de juin et les Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ) avec la visite du pape François en juillet ont "servi d'expérience", selon les responsables de la sécurité.

Le pays a été secoué par une fronde sociale historique, marquée par des affrontements violents, pour réclamer l'amélioration des services publics, la fin de la corruption et dénoncer la colossale facture publique du Mondial.

Les autorités se préparent à de nouvelles manifestations lors du Mondial. Une manifestation contre la hausse du prix du bus à Rio de Janeiro a d'ailleurs dégénéré lundi soir en affrontements entre manifestations et policiers,

cdo/pal/sk

PLUS:hp