NOUVELLES

A Paris, le Royaume-Uni défend gaz de schiste et "super-réseau" électrique européen

06/02/2014 06:12 EST | Actualisé 08/04/2014 05:12 EDT

Le ministre britannique de l'Energie Ed Davey a défendu jeudi à Paris l'idée d'un "super-réseau" électrique européen, avec de nouvelles autoroutes de l'électricité entre les Etats pour assurer l'essor des énergies renouvelables, et défendu le soutien de Londres au gaz de schiste.

"Nous devons renforcer les interconnexions (électriques) en Europe", a déclaré M. Davey lors d'un colloque organisé par le Syndicat français des énergies renouvelables.

Construire davantage de grandes lignes entre les pays permettrait de faire baisser les prix de l'électricité en exportant les surplus d'un pays vers l'autre et vice-versa, a-t-il plaidé, un phénomène accru par les énergies renouvelables intermittentes comme le solaire ou l'éolien.

Il s'agit de "faciliter les investissements", pour que "le vent du nord de l'Europe puisse descendre vers le sud et que le soleil du sud puisse monter vers le nord", a déclaré le ministre du gouvernement Cameron. "Vous l'aurez entendu ici en premier: un ministre britannique défendant un super-réseau européen", a ironisé M. Davey.

Entre la France et le Royaume-Uni, il a estimé que des lignes offrant des capacités de "5 gigawatts" pourraient être construites pour améliorer les connexions existantes sous la Manche entre les deux pays (dont la capacité actuelle est de 2 gigawatts).

Devant le ministre français de l'Ecologie et de l'Energie Philippe Martin, qui a à plusieurs reprises ces derniers jours rappelé l'opposition de la France à exploiter les gaz de schiste sur son sol, le ministre britannique ne s'est pas privé de défendre la position pro-gaz de schiste de Londres.

Le Royaume-Uni compte "débloquer le potentiel des schistes", afin "de répondre à la révolution des gaz de schiste" américaine. Du fait des hydrocarbures de schiste, "il y a un changement stratégique des termes du commerce entre les Etats-Unis et le reste du monde", a plaidé M. Davey.

"Le gaz est bien meilleur pour l'environnement que le charbon, produisant de l'électricité avec deux fois moins d'émissions de CO2", a fait valoir le ministre britannique, soulignant "l'impératif de sortir le charbon", beaucoup plus utilisé outre-Manche qu'en France, "du mix énergétique" britannique.

map/fpo/nm

PLUS:hp