NOUVELLES

Fredericton a déjà réduit ses versements au régime de pension des enseignants

05/02/2014 03:40 EST | Actualisé 06/04/2014 05:12 EDT

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a déjà réduit de 60 % son financement du régime de pension des enseignants, et ce, avant même que les négociations sur cette question soient entamées.

Selon le ministre des Finances, Blaine Higgs, la province versait trois fois la contribution des enseignants à leur régime de pension, au lieu d'une fois.

M. Higgs estime que la province ne devrait payer qu'un dollar pour un dollar.

Cette réduction de la contribution provinciale a déjà été effectuée dans le budget adopté en 2013, confirme aussi le ministre. Et cela s'est passé dans le plus grand secret.

Dans son discours livré mardi, le ministre des Finances affirmait que la province contribue toujours à raison de 3 pour 1.

À l'origine, tout cela devait être discuté lors de pourparlers avec les enseignants.

L'association des enseignants francophones souhaitait proposer des changements au régime de pension actuel. Cela semble déjà exclu, et les enseignants ont l'impression qu'on leur force la main.

« Les pourparlers commencent tout simplement et on s'aperçoit qu'il y a des décisions qui ont déjà été prises sans avoir de pourparlers au niveau de notre table de discussion », ajoute M. Cyr.

Peu importe l'issue des discussions avec les enseignants, le ministre des Finances a annoncé qu'il compte présenter au cours de la session un projet de loi pour introduire un régime de pension à risque partagé.

 

PLUS:rc