La coroner Denyse Langelier recommande d'étendre les nouvelles normes de sécurité en vigueur depuis 2010 aux 300 000 piscines résidentielles du Québec construites avant cette date.

Un texte de Denis-Martin ChabotTwitterCourriel

Radio-Canada a obtenu le rapport de la coroner sur la noyade de Brendon Bellefleur Isabelle, survenue le 12 juillet 2012 à Sainte-Anne-des-Plaines. Le petit avait 2 ans et 11 mois.

Une porte donnant accès à la piscine qui se referme et se verrouille automatiquement aurait pu éviter le drame, mais elle n'est pas obligatoire pour les piscines installées avant 2010.

Le rapport recommande au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) :

  • de modifier le règlement sur la sécurité des piscines résidentielles afin que les normes édictées s'appliquent à toutes les piscines du territoire du Québec, sans égard à la date d'installation; 
  • de donner un délai de deux ans aux propriétaires de piscines antérieures au 22 juillet 2010 afin de se conformer aux normes du règlement sur la sécurité des piscines résidentielles.

Pour éviter un nouveau drame

Brendon Bellefleur Isabelle vivait depuis l'âge de trois semaines dans une famille d'accueil avec plusieurs autres enfants. Il s'était noyé dans la piscine familiale après avoir échappé à la vigilance des adultes. Des manœuvres de réanimation auraient été tentées sur place, mais en vain. Le décès de l'enfant a été constaté vers 17 h à l'hôpital de Saint-Jérôme.

Encore trop ébranlée par la perte de Brandon, la mère d'accueil ne sent pas la force de parler aux journalistes.

Le même jour, un peu plus tôt, une fillette de deux ans s'était également noyée après avoir, elle aussi, échappé à la surveillance des adultes. Ce drame s'était déroulé à Saint-Rémi, en Montérégie.

Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage du Québec, espère que le gouvernement du Québec entérinera rapidement les recommandations de la coroner Langelier.

« Là, on pourra voir le nombre de noyades de ces jeunes enfants réduire année après année », affirme-t-il, rappelant qu'il y a eu 50 noyades au Québec en 2013, le nombre le plus bas depuis 20 ans.

*** Pour consulter le graphique sur un appareil mobile, cliquez ici

*** Pour consulter le rapport sur un appareil mobile, cliquez ici

Loading Slideshow...
  • Avec tous les incidents dont on entend parler chaque été, il est important de considérer toutes les façons possibles de garder nos enfants en sécurité.

  • Concernant les piscines, il est interdit dans plusieurs villes d’en posséder une si une clôture de sécurité munie d’un système de verrouillage approprié ne l’entoure pas.

  • Limiter l’accès à la source d’eau est une des solutions. que ce soit une piscine, un lac, la mer, une rivière ou encore les glissades d’eau.

  • Attention au règlements: ne pas courir autour de la piscine, ne pas pousser, ne pas plonger si l’eau n’est pas assez profonde, ne jamais faire semblant de se noyer, etc.

  • La supervision d’une personne responsable est de mise en tout temps.

  • Un gilet de sauvetage est primordial quand l'enfant ne sait pas nager.

  • Si vous avez un téléphone portable, laissez-le à l’extérieur pour téléphoner sans perdre de temps.

  • Si les enfants sont dans l’eau depuis longtemps, imposez-leur une pause. Il s’agira aussi d’un moment opportun pour remettre de la crème solaire.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?