NOUVELLES

Yunus propose ses entreprises sociales en Europe contre le chômage des jeunes

25/01/2014 01:31 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Muhammad Yunus, le père du micro-crédit, veut développer en Europe son modèle d'entreprise sociale, qui est selon lui une des solutions pour lutter contre le chômage des jeunes, un problème aigu dans certains pays du continent, a-t-il indiqué samedi à Davos à l'AFP.

Le concept d'entreprise sociale est un modèle économique que développe depuis quelques années le "banquier des pauvres", prix Nobel de la Paix, et dont l'objectif est de résoudre un problème de santé publique ou d'environnement avec un principe simple: à savoir ni perte, ni dividende.

"Un problème que j'aborde en particulier cette année à Davos est le chômage en Europe", a-t-il expliqué lors d'une rencontre en marge du forum économique mondial, jugeant "inacceptable que des jeunes actifs et capables" soient sans emploi.

"L'entreprise sociale peut résoudre cela. Nous pouvons prendre ces gens sans emploi et les convertir pour en faire des entrepreneurs", a-t-il ajouté.

Muhammad Yunus s'est dit prêt à investir en France, en Espagne ou en Italie par le biais de Yunus social business, la société qu'il a fondé pour récolter des fonds et proposer des conseils, et qui est elle-même une entreprise sociale.

"Si la France veut nous inviter, nous sommes prêts à venir et à créer une entreprise sociale", a-t-il déclaré.

Le fondateur de la Grameen Bank, l'entreprise devenue une référence dans le micro-crédit, a dit vouloir lancer son projet en Europe avec un budget initial de cinq millions d'euros.

Il rencontré de nombreuses personnalités du monde politique et des affaires Davos pour en discuter, a-t-il précisé sans pour autant dévoiler de noms.

La situation de l'emploi des jeunes en Europe a été largement abordée au forum de Davos, certains intervenants disant craindre une "génération perdue". "La situation du chômage des jeunes est terrifiante", a commenté l'économiste Kenneth Rogoff, de l'université de Harvard, alors que dans certains pays du sud de l'Europe comme l'Espagne ou la Grèce, il dépasse les 50%.

Au Bangladesh, son pays d'origine, Muhammad Yunnus s'était notamment associé à Danone pour lancer une entreprise sociale dont la mission était de renforcer les nutriments dans les yaourts avec l'idée de lutter contre la malnutrition infantile.

Selon les principes de l'entreprise sociale, une fois que les investisseurs de départ ont récupéré leur mise, la société créée n'a comme seule contrainte que de rester rentable.

Muhammad Yunus a depuis exporté le concept, notamment à Haïti, où il s'est associé au milliardaire britannique Richard Branson, à la fondation de l'ancien président américain Bill Clinton pour lancer une entreprise sociale chargée de s'attaquer au problème de la déforestation sur l'île.

noo/fz/bir

PLUS:hp