NOUVELLES

Soudan du Sud: situation "calme" après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu (armée)

25/01/2014 03:10 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

La situation était "calme" samedi au Soudan du Sud, au lendemain de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu entre forces gouvernementales et rebelles, a affirmé le porte-parole de l'armée gouvernementale, Philip Aguer.

"Il n'y a pas d'information sur des combats, c'est calme", a déclaré M. Aguer.

Le cessez-le-feu, signé jeudi à Addis Abeba, est entré en vigueur vendredi à 17H30 GMT. L'ONU avait fait état de "combats sporadiques" en fin de journée vendredi.

Un porte-parole rebelle, Lul Ruai Koang, a affirmé de son côté que l'armée gouvernementale, soutenue par des soldats ougandais et des éléments d'un groupe rebelle du Darfour (JEM) venus du Soudan voisin, avait attaqué peu avant le cessez-le-feu leurs positions dans l'Etat pétrolier d'Unité (nord), et dans l'Etat de Jonglei (nord-est).

Selon Philip Aguer, ce sont au contraire les rebelles qui ont attaqué des positions gouvernementales à Jonglei mais ont été repoussés, et les combats ont pris fin avant le cessez-le-feu.

Le Soudan du Sud est ravagé depuis le 15 décembre par des combats opposant les forces loyales au président Salva Kiir à des troupes fidèles à l'ex-vice-président Riek Machar, limogé en juillet. Le conflit a fait des milliers de morts -peut-être 10.000 selon des observateurs-, et environ 700.000 déplacés.

Quelque 76.000 civils sont désormais réfugiés sur des bases de l'ONU dans le pays en raison du conflit.

Après trois semaines de laborieux pourparlers à Addis Abeba sous la médiation de l'organisation régionale Igad --qui regroupe des pays d'Afrique de l'est--, les deux camps ont finalement signé jeudi soir un cessez-le-feu qui devait entrer en vigueur sous 24 heures, soit vendredi vers 17H30 GMT.

Selon des diplomates africains, l'Igad doit organiser la semaine prochaine d'autres réunions à propos du cessez-le-feu, notamment sur la manière d'en surveiller l'application.

str-pjm/hba

PLUS:hp