NOUVELLES

L'opposition thaïlandaise promet à Obama qu'elle est "démocratique"

25/01/2014 06:32 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Le meneur des manifestations d'opposition en Thaïlande a écrit au président américain Barack Obama pour l'assurer du caractère "démocratique" de son mouvement, qui vise à empêcher la tenue des législatives du 2 février.

Cette lettre intervient alors que les Thaïlandais pourront commencer à voter dès ce dimanche en Thaïlande, lors d'un scrutin par anticipation, à une semaine du scrutin. Les opposants au gouvernement ont promis de manifester devant les stations de vote, sans empêcher les électeurs de voter, assurent-ils.

Dans cette missive postée sur sa page Facebook officielle, Suthep Thaugsuban assure que son mouvement "ne mène pas une révolution antidémocratique", malgré ses menaces de "bloquer les routes" des bureaux de vote.

Ses partisans, qui réclament depuis plus de deux mois la tête de la Première ministre Yingluck Shinawatra, à grand renfort de manifestations parfois violentes, exigent que les législatives soient repoussées d'au moins un an.

Dans l'intervalle, ils veulent instaurer un Conseil du peuple, non élu, une idée qui a suscité des craintes quant à leurs intentions démocratiques.

Dans sa lettre au président américain, Suthep affirme que ce délai est nécessaire pour la mise en place de réformes, afin de ne plus permettre que le pouvoir tombe entre les mains de "responsables corrompus à l'avenir", dans une allusion à Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck, lui même ex-Premier ministre victime d'un coup d'Etat en 2006, et en exil pour échapper à des poursuites pour malversations.

La situation politique en Thaïlande reste tendue et la tenue du scrutin le 2 février contestée. La justice thaïlandaise a été jusqu'à estimer vendredi qu'un report des législatives était possible, mais qu'il relevait de la responsabilité conjointe de la commission électorale et de la Première ministre. Ceux-ci pourraient donc décider la semaine prochaine de reporter le scrutin.

Si elles ont lieu, les élections ont toutes les chances d'être remportées par le parti Puea Thai au pouvoir, tandis que le principal parti d'opposition, le Parti démocrate, a fait le choix du boycott.

Pour faire face à la crise, qui a déjà fait plusieurs morts lors d'affrontements à Bangkok, le gouvernement a décrété l'état d'urgence dans la capitale depuis jeudi et pour soixante jours.

Le décret donne en principe aux autorités le pouvoir d'interdire les rassemblements de plus de cinq personnes.

ask-klm/dth/jh

PLUS:hp