NOUVELLES

Isle-Verte: la cause de la cigarette n'est qu'une hypothèse, selon la SQ (VIDÉO)

25/01/2014 10:58 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La Sûreté du Québec a formulé une mise en garde, samedi, concernant les rumeurs qui circulent sur les causes de l'incendie d'une résidence pour personnes âgées qui a fait 10 morts et 22 disparus.

Le porte-parole Guy Lapointe a déclaré que l'hypothèse que la négligence d'un fumeur soit à l'origine de la tragédie est l'une des nombreuses pistes examinées actuellement par les enquêteurs.

«C'est une hypothèse parmi plusieurs hypothèses qui sont envisagées, a-t-il dit. Ce n'est pas de notre côté une conclusion, loin de là. L'enquête se poursuit, nos enquêteurs sont toujours à rencontrer des témoins, la scène doit être étudiée.»

M. Lapointe a expliqué que plusieurs témoins doivent encore être rencontrés par les policiers avant d'identifier la cause.

«On doit colliger tous les faits et ne pas se limiter à une version, paqueter nos valises, terminer l'enquête parce que quelqu'un nous dit une chose, a-t-il dit. Tout doit être validé, la scène doit être quadrillée, tous les témoins doivent être rencontrés.»

Des reportages ont fait état vendredi des constatations d'un employé qui travaillait le soir du drame à la Résidence du Havre, qui comptait 52 appartements.

Bruno Bélanger a évoqué la possibilité qu'un des résidents, à qui il avait interdit de sortir fumer en fin de soirée, aurait pu être à l'origine de l'incendie.

Les opérations ont repris samedi matin, pour récupérer les corps des victimes encore dans les décombres de l'immeuble, dont la majorité des résidents étaient âgés de plus de 85 ans.

À travers une vague de froid glacial qui doit reprendre ses droits dès dimanche, les travailleurs sur le site ont bénéficié d'une journée plus clémente samedi.

Pour faire fondre la glace qui recouvre la scène, d'une épaisseur de 60 cm à certains endroits, les équipes de recherche disposent depuis samedi d'un équipement spécialisé qui souffle de la vapeur.

Deux autres corps ont été retrouvés dans les décombres, portant le bilan à 10 morts, tandis que les autorités ont fixé, en fin de journée, le nombre de disparus à 22.

Deux premières victimes ont été identifiées par les autorités. Il s'agit de Juliette Saindon, 95 ans et de Marie-Lauréat Dubé, 82 ans.

Plus de 48 heures après la tragédie, alors que le bilan des disparus était encore à 24, samedi matin, la Sûreté du Québec jugeait improbable que des survivants se manifestent.

«C'est très peu probable qu'il y ait un dénouement positif pour les 24 personnes qui nous restent à trouver. Par contre, vous devez comprendre que pour confirmer un décès, on doit avoir récupéré la dépouille.»

Le curé Gilles Frigon a invité les proches des victimes à participer à une cérémonie de recueillement à l'église de l'Isle-Verte, dimanche.

«Demain, c'est une première étape vers la guérison, pour bien vivre notre deuil, alors c'est surtout le sens de la célébration de demain», a-t-il dit.

Des personnes qui sont intervenues «en première ligne» viendront aussi exprimer leur souffrance, a ajouté le curé, qui invite les dignitaires à participer plutôt à une commémoration samedi prochain, le 1er février.

«Il n'y aura pas de dignitaires demain, c'est une célébration qui se veut simple et familiale pour le monde de L'Isle-Verte et des alentours», a-t-il dit.

Alors que la première ministre Pauline Marois et le chef libéral Philippe Couillard ont déjà annoncé qu'ils seront présents, M. Frigon a répondu que l'église demeurait ouverte à tout le monde.

«Il n'y aura rien qui va troubler la cérémonie de demain. Ce qu'on dit, c'est que la messe commémorative, elle aura lieu le 1er février, samedi prochain, et là les dignitaires, ce sera ouvert beaucoup plus au niveau du deuil provincial et national», a-t-il dit.

INOLTRE SU HUFFPOST

Incendie dans une résidence pour personnes âgées à L'Isle Verte (23 janvier 2014)