NOUVELLES

Appel de femmes politiques françaises pour le retrait du projet de loi espagnol anti-avortement

25/01/2014 09:13 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Treize femmes politiques et militantes féministes françaises, de gauche comme de droite, lancent un appel au gouvernement espagnol pour qu'il renonce à son projet de loi anti-avortement, un texte publié samedi sur les sites internet des quotidiens El Pais et Le Monde.

"Solidaires des femmes espagnoles, nous, femmes politiques françaises, appelons le gouvernement espagnol à retirer son projet de loi sur l'avortement", écrivent les signataires de ce texte, à l'initiative d'Anne Hidalgo, candidate socialiste à la mairie de Paris et d'origine espagnole, demandant aux femmes de "se mobiliser pour ce combat fondamental".

Outre Anne Hidalgo, ont notamment cosigné deux anciennes ministres de la Santé de gouvernements de droite, Roselyne Bachelot et Michèle Barzach, ainsi que les anciennes ministres Jeannette Bougrab (UMP, droite), Marie-George Buffet (communiste), Yvette Roudy (socialiste), Dominique Voynet (écologiste) et Rama Yade (UMP).

"C'est l'Espagne qui a montré à l'Europe la voie en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. C'est l'Espagne qui a inspiré la loi française de 2010 instaurant l'ordonnance de protection et créant le téléphone grand danger pour les femmes victimes de violence. L'Espagne ne peut être aujourd'hui le pays du grand retour en arrière", estiment les signataires.

"Le droit des femmes à disposer de leur corps n'est pas un supplément d'âme dans une société qui se targue de construire l'égalité. Il s'agit d'un droit fondamental, c'est le socle de l'égalité. C'est le signe principal de l'émancipation des femmes dans la société", affirment-elles encore, rappelant que dans le monde "une femme meurt toutes les neuf minutes d'un avortement clandestin".

En France, une manifestation est déjà prévue pour le 1er février en soutien aux féministes espagnoles qui défendent l'avortement à l'appel du mouvement "La marche mondiale des femmes", qui se rendra devant l'ambassade d'Espagne.

Le gouvernement conservateur espagnol de Mariano Rajoy a approuvé un projet de loi qui supprime l'avortement en Espagne sauf en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol ayant fait l'objet d'une plainte préalable. Il doit encore passer devant le Parlement où le Parti populaire détient la majorité absolue.

sla/rh/nou/sym

PLUS:hp