NOUVELLES

Ukraine : le film des événements depuis mercredi

24/01/2014 12:26 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Rappel des événements en Ukraine depuis l'assaut des forces de l'ordre contre des manifestants mercredi à Kiev.

L'ex-république soviétique est en proie à un mouvement de contestation déclenché fin novembre par le refus du président Viktor Ianoukovitch de signer un accord avec l'Union européenne au profit d'un rapprochement avec la Russie. La mobilisation s'est radicalisée après l'adoption la semaine dernière de lois répressives, entrées en vigueur mercredi.

--MERCREDI 22 JANVIER--

- Vers 06H00 GMT, les forces antiémeutes déclenchent une offensive contre des manifestants retranchés derrière des barricades rue Grouchevski à Kiev, où la contestation a tourné à la guérilla urbaine depuis dimanche 19. Soutenues par un blindé, elles reprennent une partie du centre de la capitale.

- Viktor Ianoukovitch reçoit les chefs de l'opposition, dont l'ex-boxeur Vitali Klitschko, sans avancée.

- Moscou dénonce "l'ingérence étrangère" dans les affaires ukrainiennes.

- Dans la soirée, Arséni Iatseniouk, chef de file du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, donne "24 heures" au pouvoir pour faire cesser "le bain de sang", devant des dizaines de milliers de personnes rassemblées sur la place de l'Indépendance.

--JEUDI 23--

- Dans la matinée, la situation reste tendue à Kiev, avec des jets de cocktails Molotov par les manifestants et des tirs de grenades assourdissantes par la police.

- Dans l'Ouest, des milliers de manifestants entament l'occupation des sièges des administrations de gouverneurs de plusieurs régions, notamment de celles de Lviv, Rivné, Ternopil et Khmelnitski.

- A la mi-journée, l'opposant Vitali Klitschko parvient à imposer une trêve rue Grouchevski, le temps des négociations prévues avec le pouvoir.

- Viktor Ianoukovitch demande une session extraordinaire du Parlement en vue d'un "règlement rapide" de la crise. Il reçoit les principaux opposants.

- Dans la soirée, l'opposition se dit déçue des négociations qui n'ont donné lieu qu'à de maigres concessions.

- Les pays européens et les Etats-Unis multiplient les appels au dialogue.

- La Russie assure qu'elle n'interviendra pas "dans les affaires intérieures de l'Ukraine".

--VENDREDI 24--

- Les manifestants s'activent toute la nuit pour repousser les limites du camp retranché constitué autour de la place de l'Indépendance (Maïdan) ces deux derniers mois. Une nouvelle barricade est érigée rue Institutska. Des militants de Spilna Sprava (Cause commune) envahissent le ministère de l'Agriculture.

- Des manifestants lancent un assaut contre l'administration régionale de Tchernivtsi où le président de l'assemblée locale, blessé à la tête, est hospitalisé. Les manifestants occupent désormais les bâtiments public de six régions de l'Ouest.

- Un tenant de la ligne dure, Andriï Kliouïev, est nommé à la tête de l'administration présidentielle.

- Paris et Berlin ainsi que d'autres capitales européennes notamment Oslo, Stockholm et Tallinn, convoquent l'ambassadeur d'Ukraine.

- Viktor Ianoukovitch annonce que le gouvernement sera remanié au cours d'une session extraordinaire du Parlement convoquée pour la semaine prochaine. Il dit également qu'il compte faire libérer tous les manifestants arrêtés, et amender les lois controversées, tout en avertissant que si un accord n'est pas trouvé avec l'opposition, il aura recours à "tous les moyens légaux"..

Au moins deux personnes ont été tuées par balle pendant des heurts à Kiev depuis dimanche, selon les autorités. L'opposition parle de son côté de la mort de cinq manifestants.

kd-fm/bds

PLUS:hp