NOUVELLES

Québec: fouilles morbides après un incendie dans une maison de retraite

24/01/2014 06:33 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

L'horreur des fouilles dans un froid extrême: les sauveteurs ont extrait vendredi de nouveaux corps des décombres de la maison de retraite ravagée par les flammes, à L'Isle-Verte au Québec, faisant craindre un bilan approchant la trentaine de morts.

"Nous avons 8 morts confirmés et nous avons toujours environ 30 disparus (...) et nous espérons donner le décompte final" prochainement, a expliqué un porte-parole de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, lors d'un point de presse.

Les sauveteurs découvrent "des scènes extrêmes", dans des conditions de recherches difficiles à cause du froid glacial, selon M. Lapointe, qui a annoncé une interruption des recherches vendredi soir "pour permettre aux gens de se reposer".

"C'est une scène de désolation", a déclaré Ursule Thériault, la mairesse de L'Isle-Verte, localité de 1.400 habitants à 230 kilomètres au nord-est de Québec sur les bords du fleuve Saint-Laurent.

Des moyens exceptionnels sont mis en place en raison des conditions météorologiques et de l'état des décombres. Les énormes quantités d'eau déversées sur les ruines de la résidence ont laissé une couche d'environ 30 centimètres de glace et, avec le vent, les températures ressenties atteignent -30 degrés à L'Isle-Verte.

Dans ce froid polaire, trois équipes de techniciens de la police scientifique, des pompiers et des spécialistes de l'identification des corps opèrent en rotation toutes les 45 minutes, a expliqué Guy Lapointe.

Vapeur pour faire fondre la glace

Avant d'extraire les corps il faut d'abord retirer l'épaisse couche de glace et pour cela les sauveteurs vont utiliser "la vapeur d'eau pour faire fondre la glace afin de préserver l'intégrité des victimes", a-t-il ajouté, en prévoyant l'acheminement de matériels supplémentaires "pour avancer le plus rapidement possible".

Sur les pensionnaires qui occupaient les 52 logements de la résidence du Havre de L'Isle-Verte, 20 ont pu être secourus et relogés dans une résidence pour personnes âgées voisine.

Les messages de soutien se multipliaient vendredi. La reine Elizabeth II a présenté ses "sincères condoléances aux familles des personnes décédées", disant avoir été "attristée d'apprendre la nouvelle du terrible incendie" à L'Isle-Verte.

Les circonstances du drame et les raisons qui ont conduit à un bilan aussi important font l'objet de polémiques.

"L'enquête progresse et on ne peut pas exclure de causes" à l'origine de l'incendie, a estimé Guy Lapointe.

La résidence, dont la partie sinistrée avait été construite en 1997, n'était pas équipée de système d'extinction automatique par eau, également appelé gicleur à incendie, un système obligatoire dans des établissements accueillant des personnes à mobilité réduite.

Mais, comme l'a mentionné le ministre de la Sécurité publique Stéphane Bergeron, des personnes peuvent être entrées il y a plusieurs années parfaitement autonomes, puis sont devenues dépendantes par la suite et n'ont pas voulu déménager dans la partie la plus neuve du bâtiment, qui est équipée d'un tel système.

La réglementation semble floue quant aux règles fixant les notions d'autonomie ou de mobilité réduite. A L'Isle-Verte, près de deux personnes sur trois avaient plus de 85 ans. La plupart se déplaçaient en chaise roulante ou avec un déambulateur, selon Ginette Caron, maire ajointe de la commune.

"S'il y a eu négligence, s'il y a eu défaillance, ou des normes pas assez sévères, on va agir", a prévenu Agnès Maltais, ministre québécoise de la Solidarité sociale.

Selon des chiffres publiés par les médias, un peu plus d'une résidence pour personnes âgées sur deux n'est pas équipée de gicleurs d'incendie.

mbr/are

PLUS:hp