NOUVELLES

Québec: A la recherche des corps dans les décombres de la maison de retraite

24/01/2014 11:46 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Les recherches se poursuivaient vendredi à L'Isle-Verte au Québec pour retrouver, dans les décombres recouverts de glace, les victimes de l'incendie qui a ravagé une maison de retraite, faisant craindre un lourd bilan qui pourrait dépasser les 30 morts.

"Tous les foyers ont été maîtrisés" et le travail de recherche des corps a commencé vendredi matin, a indiqué un porte-parole de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, lors d'un point de presse.

Pour cela, des moyens exceptionnels sont mis en place en raison principalement des conditions météorologiques et de l'état des décombres. Les énormes quantités d'eau déversées sur les ruines de la résidence ont laissé une couche d'environ 30 centimètres de glace, avait expliqué précédemment Yvon Charron, le directeur des pompiers.

Avec le vent, les températures ressenties étaient autour de -30 degrés vendredi à L'Isle-Verte, localité de 1.400 habitants à 230 kilomètres au nord-est de Québec sur les bords du fleuve Saint-Laurent.

Dans le froid polaire, les secouristes et les enquêteurs alternent pour aller se réchauffer régulièrement. Sur le terrain, trois équipes de techniciens de la police scientifique, de pompiers et de spécialistes de l'identification des corps opèrent "en rotation avec le froid qui sévit", a expliqué Guy Lapointe.

De la vapeur pour faire fondre la glace

Avant d'extraire les corps il faut d'abord retirer l'épaisse couche de glace et pour cela les sauveteurs vont utiliser "la vapeur d'eau pour faire fondre la glace afin de préserver l'intégrité des victimes", a-t-il ajouté.

Pour le bilan, difficile également de fixer précisément leur nombre. Cinq corps ont été pour l'instant extraits des décombres, mais les enquêteurs "tentent encore de déterminer avec exactitude le nombre de personnes qui étaient présentes" au moment du drame, selon Guy Lapointe.

Sur les 50 à 60 personnes qui occupaient les 52 logements de la résidence du Havre de L'Isle-Verte, 20 ont pu être secourues et la Sûreté du Québec maintient un chiffre de 5 morts et 30 disparus.

Les circonstances du drame et les raisons de l'importance du bilan font l'objet de polémique.

"L'enquête progresse et on ne peut pas exclure de causes" à l'origine de l'incendie, a estimé Guy Lapointe.

La résidence dont la partie sinistrée avait été construite en 1997 n'était pas équipée de système d'extinction automatique par eau, également appelé gicleur à incendie, un système obligatoire dans des établissements accueillant des personnes à mobilité réduite. Mais, comme l'a mentionné le ministre de la Sécurité publique Stéphane Bergeron, des personnes peuvent être entrées il y a plusieurs années parfaitement autonomes puis sont devenues dépendantes par la suite et n'ont pas voulu déménager dans la partie la plus neuve du bâtiment et équipée d'un tel système.

La réglementation semble floue en la matière en fixant les règles sur des notions d'autonomie ou de mobilité réduite. A L'Isle-Verte, près de deux personnes sur trois avaient plus de 85 ans. La plupart se déplaçaient en chaise-roulante ou avec un déambulateur, selon Ginette Caron, maire ajointe de la commune.

"Si il y a eu négligence, si il y a eu défaillance, ou des normes pas assez sévères, on va agir", a prévenu Agnès Maltais, ministre québécoise de la Solidarité sociale.

Selon des chiffres publiés par les médias, un peu plus d'une résidence pour personnes âgées sur deux n'est pas équipée de gicleurs d'incendie.

mbr/jl/jca

PLUS:hp