NOUVELLES

Mondial-2014 - Lucio: santé et éducation plutôt qu'infrastructures

24/01/2014 08:58 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Lucio, ex-capitaine de l'équipe du Brésil, a estimé vendredi que son pays aurait dû privilégier les investissements dans la santé et l'éducation plutôt que les infrastructures en vue du Mondial-2014, en prenant l'exemple du Mondial-2006 en Allemagne.

"Je crois que la préparation aurait pu être meilleure, et pas seulement concernant les stades et les aéroports, mais en général, déclare-t-il dans le journal Lance. Je pense que le Brésil est aujourd'hui en bonne condition, c'est un pays riche, et ces fonds auraient pu être alloués à l'éducation et la santé, qui ont besoin d'investissements et méritent l'attention".

"Pour être bien considéré, le pays n'a pas seulement besoin de bons stades, ça dépend de toute une organisation, ajoute-t-il. J'ai suivi la préparation de l'Allemagne et ç'a été une Coupe excellente, impeccable. C'est un pays qui ne s'est pas seulement structuré autour des stades et des transports, mais qui a fait en sorte que les Allemands ne ressentent pas d'injustice avec les dépenses par millions dans les stades et les transports sans que la population n'ait les conditions minimales de vie, comme la santé et l'éducation".

Lucio, 35 ans, champion du monde en 2002, qui évolue actuellement au club de Palmeiras, a longtemps joué en Allemagne (Leverkusen et Bayern Munich entre 2001 et 2009).

Des manifestations géantes avaient secoué le Brésil en juin 2013 lors de la Coupe des Confédérations, dénonçant les investissements d'Etat dans les infrastructures et réclamant de meilleurs services publics.

Une série de manifestations ont été annoncées sur les réseaux sociaux dans 36 villes brésiliennes pour ce samedi, en protestation contre le Mondial et sous le mot d'ordre "Pas de Coupe du monde".

ybl/hdz/gv

PLUS:hp