NOUVELLES

Le pétrole miné à New York par les craintes sur la demande

24/01/2014 03:23 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole coté à New York ont terminé en baisse vendredi, le marché craignant de voir la demande de brut reculer au niveau mondial, en particulier dans les pays émergents.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars a cédé 68 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 96,64 dollars.

"Les doutes sur les pays émergents pèsent sur le marché du pétrole", a relevé Tim Evans de Citi.

L'annonce jeudi d'une contraction de la production manufacturière en janvier pour la première fois depuis six mois en Chine, deuxième consommateur mondial d'or noir, a fortement ébranlé les investisseurs.

Cet indicateur "non seulement fait revoir à la baisse les anticipations de la demande (énergétique) en Chine mais semble avoir jeté un froid sur l'ensemble des marchés émergents", a noté Phil Flynn de Price Futures Group.

Le peso argentin a ainsi connu jeudi sa plus forte dévaluation en une journée (-11%) depuis 2002 et la livre turque a continué à plonger vendredi pour enfoncer une nouvelle fois ses cours planchers historiques face au dollar et à l'euro.

Et aux Etats-Unis, les indicateurs publiés jeudi "n'étaient pas terribles, qu'il s'agisse des chiffres sur l'emploi ou sur l'immobilier", a rappelé Bart Melek de TD Securities.

Les marchés financiers américains subissent de plein fouet cette vague d'inquiétude, les principaux indices de Wall Street reculant par exemple de plus de 1%.

"Malgré les sources de tensions géopolitiques se multipliant à travers le monde, entre les attentats en Egypte, les manifestations en Ukraine, l'échec du cessez-le-feu au Soudan du Sud et la stagnation des négociations sur la Syrie, le brut est surtout soumis à la vague de pessimisme déferlant sur l'ensemble des marchés", a souligné Matt Smith, de la note d'informations pétrolières Daily Distillation.

jum/sl/az/rap

PLUS:hp