NOUVELLES

Corée du Nord: Pyongyang poursuit son offensive diplomatique à l'ONU

24/01/2014 02:14 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

La Corée du Nord, qui a appelé vendredi à la fin des hostilités avec Séoul, a poursuivi son offensive diplomatique à l'ONU, exhortant son rival à "mettre fin au cercle vicieux de la calomnie et de la haine".

L'ambassadeur de Pyongyang aux Nations unies, Sin Son-Ho, a tenu une conférence de presse, fait rare, au cours de laquelle il a expliqué que son pays voulait éviter un "holocauste nucléaire", alors que la Corée du Nord pointe du doigt des manoeuvres militaires communes à Washington et Séoul, prévues en février.

"Une guerre sur la péninsule coréenne fera que les grandes puissances pêcheront en eaux troubles et apporteront des destructions inimaginables aux Coréens", a-t-il déclaré, en appelant la communauté internationale à faire pression pour mettre fin à ces exercices.

M. Sin a suggéré que ces manoeuvres aient lieu aux Etats-Unis. "Si la coordination et la coopération avec les Etats-Unis sont si précieuses et ont autant d'importance, ils devraient organiser ces exercices dans une zone isolée ou aux Etats-Unis, loin de la terre, de la mer et de l'air de la péninsule coréenne", a-t-il avancé.

Pour améliorer les relations entre les deux pays, "il est impératif de mettre fin à la calomnie, aux actes militaires hostiles (...), et de créer un climat de réconciliation", a poursuivi le diplomate.

M. Sin n'a cependant pas fait mention de la réunion éventuelle de familles séparées depuis la guerre de Corée (1950-53), une des propositions avancées par Pyongyang vendredi.

Séoul a accueilli favorablement cette initiative mais s'est montrée plus prudente sur les autres propositions.

La Corée du Nord a appelé vendredi à la fin de toutes les hostilités avec Séoul dans une lettre ouverte à la Corée du Sud, envoyée sur ordre du numéro un nord-coréen Kim Jong-Un.

La semaine passée, Pyongyang avait fait une série de propositions appelant la Corée du sud à annuler des manoeuvres militaires conjointes avec les États-Unis, prévues en février, tout en proposant un moratoire sur la surenchère d'insultes entre les deux pays. Séoul avait rejeté ces offres, les taxant de "fallacieux" exercice de propagande.

tw/are/bdx

PLUS:hp