NOUVELLES

Ukraine: le film des événements depuis mercredi

23/01/2014 12:53 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Rappel des événements en Ukraine depuis l'assaut des forces de l'ordre contre des manifestants mercredi à Kiev.

L'ex-république soviétique est en proie à un mouvement de contestation déclenché fin novembre par le refus du président Viktor Ianoukovitch de signer un accord avec l'Union européenne au profit d'un rapprochement avec la Russie. La mobilisation s'est intensifiée et radicalisée après l'adoption la semaine dernière de nouvelles lois renforçant les sanctions contre les manifestants, entrées en vigueur mercredi.

--MERCREDI 22 JANVIER--

- Vers 06H00 GMT, les forces anti-émeutes lancent une offensive contre des manifestants retranchés derrière des barricades rue Grouchevski, où se concentrent les violents heurts qui agitent Kiev depuis une manifestation ayant rassemblé 200.000 personnes dimanche 19.

- Les manifestants jettent des cocktails Molotov et des pierres sur les forces anti-émeutes qui ripostent par des tirs de balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes. Soutenues par un blindé, les forces anti-émeute reprennent une partie du centre de Kiev.

- L'opposition annonce la mort par balles d'un premier manifestant "probablement tué par un tireur embusqué" durant des affrontements nocturnes avec la police ainsi que le décès la veille d'un manifestant après une chute dimanche.

- Dans l'après-midi, le Premier ministre Mykola Azarov autorise la police à utiliser des canons à eau malgré une température de -10 degrés.

- Viktor Ianoukovitch reçoit trois heures durant les leaders de l'opposition, dont l'ex-boxeur Vitali Klitschko, sans avancée.

- L'UE se dit "choquée" par les dernières violences, avertissant Kiev de "possibles actions".

- Les Etats-Unis révoquent les visas de responsables ukrainiens impliqués dans les violences.

- De son côté, Moscou dénonce "l'ingérence étrangère" dans les affaires ukrainiennes, et estime que l'opposition "extrémiste" viole "outrageusement la Constitution".

- Dans la soirée, Arséni Iatseniouk, chef de file du parti de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, donne "24 heures" au pouvoir pour faire cesser "le bain de sang", devant des dizaines de milliers de personnes sur la place de l'Indépendance.

- Le centre médical de l'opposition indique avoir dénombré cinq morts et environ 300 blessés. Selon le site Ukrainska Pravda, quatre des cinq personnes tuées avaient des blessures par balles.

Plus de 250 membres des forces de l'ordre ont été blessés.

--JEUDI 23--

- La situation reste tendue dans la matinée, marquée par des tirs de cocktails Molotov et de pavés de la part des manifestants et de grenades assourdissantes par la police.

- A la mi-journée, l'opposant Vitali Klitschko appelle policiers et manifestants rassemblés rue Grouchevski à une trêve jusqu'à 18H00 GMT, en attendant le résultat de négociations prévues avec le pouvoir.

- Le président Ianoukovitch demande une session extraordinaire du Parlement en vue d'une "résolution rapide" de la crise.

- La chancelière allemande Angela Merkel demande au gouvernement ukrainien de "protéger la vie" des manifestants, indiquant que des sanctions ne sont "pas à l'ordre du jour" tandis que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, appelle M. Ianoukovitch à "mener un dialogue au plus haut niveau".

- La Russie indique qu'elle n'interviendra pas "dans les affaires intérieures de l'Ukraine".

kd/bc/edy/mr

PLUS:hp