NOUVELLES

Ukraine: Kiev n'envisage pas de décréter l'état d'urgence, selon l'UE

23/01/2014 06:56 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a assuré jeudi au président de la Commission européenne José Manuel Barroso qu'il n'envisageait pas de décréter l'état d'urgence dans son pays, selon un porte-parole de la Commission.

Au cours d'un entretien téléphonique entre les deux dirigeants dans la matinée, M. Ianoukovitch a indiqué qu'il "n'était pas envisagé de décréter l'état d'urgence en Ukraine", où de violents affrontements se déroulent à Kiev depuis dimanche, a précisé Olivier Bailly lors d'un point de presse à Bruxelles.

M. Barroso a de nouveau exhorté M. Ianoukovitch à "mener un dialogue au plus haut niveau", alors qu'une nouvelle rencontre est prévue dans l'après-midi entre le président et des chefs de file de l'opposition.

"Pour l'instant, nous donnons toute sa chance au dialogue politique" car "nous souhaitons une désescalade de la situation, l'arrêt de la violence contre les manifestants pacifiques et les journalistes", a précisé le porte-parole de la Commission.

L'UE "souhaite aider" ce dialogue, a-t-il ajouté, en indiquant que le commissaire en charge de l'Elargissement, Stefan Füle, était attendu vendredi à Kiev, et que la représentante de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, "pourrait s'y rendre la semaine prochaine".

Interrogé sur la mise en oeuvre d'éventuelles sanctions de l'UE à l'encontre de l'Ukraine, M. Bailly a assuré que la "priorité" de Bruxelles n'était "pas de redéfinir les relations avec l'Ukraine". Mais M. Barroso a "rappelé" à M. Ianoukovitch que, "si la situation ne se stabilisait pas", les 28 examineraient "les possibles conséquences sur les relations", a-t-il confirmé.

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé mercredi de premières sanctions, en révoquant les visas de plusieurs Ukrainiens "liés aux violences".

jri/jlb/fw

PLUS:hp