NOUVELLES

Harper mène la charge contre les islamistes

23/01/2014 03:20 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT
CP

Stephen Harper est arrivé en Jordanie pour une visite de deux jours, après son passage en Israël.

Le premier ministre doit y rencontrer son homologue jordanien, Abdallah Nsour, et le roi Abdallah II. Le conflit syrien devrait être l'un des principaux sujets à l'ordre du jour.

Stephen Harper profitera aussi de son séjour en Jordanie pour visiter un camp de réfugiés où logent des dizaines de milliers de Syriens, qui ont fui leur pays à cause de la guerre.

D'ailleurs, le premier ministre canadien a profité de sa dernière journée en Terre sainte pour maintenir la ligne dure face aux États islamistes qui ne menacent pas qu'Israël, selon lui, mais aussi toute la région.

Lors d'une cérémonie à l'Université de Tel-Aviv, où il recevait un doctorat honorifique, Stephen Harper a mené la charge contre les islamistes qui déstabilisent le Moyen-Orient.

Dans le cas du conflit syrien, il ne voit pas comment la victoire d'un camp ou de l'autre peut être dans l'intérêt de la communauté internationale.

Il prône donc une solution politique, et non militaire, car pour lui la seule victoire possible doit passer par une réconciliation. Le premier ministre concède toutefois que personne ne sait comment y arriver.

C'est dans ce contexte d'instabilité profonde dans la région que Stephen Harper s'est montré solidaire d'Israël. En maintenant la ligne dure, il aura voulu rassurer l'État hébreu, qui se sent isolé sur la scène internationale.

D'ailleurs, Stephen Harper estime que nulle menace n'est plus importante que celle de l'Iran. Il promet qu'au moindre écart de Téhéran, il sera le premier à demander au reste du monde de remettre en place les sanctions qui viennent à peine d'être levées.

Au cours de cette dernière journée en Israël, le premier ministre canadien a visité des sites historiques. Il s'est également rendu à la réserve ornithologique qui sera baptisée en son nom.