NOUVELLES

Pakistan: manifestations dans plusieurs villes contre les massacres de chiites

23/01/2014 08:16 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté jeudi à travers le Pakistan pour dénoncer la dernière attaque sanglante contre la minorité chiite qui a fait 24 morts mardi dans le sud-ouest, où les proches des victimes refusaient de les enterrer en signe de protestation.

L'attentat à la bombe de mardi avait frappé un bus de pèlerins chiites revenant d'Iran dans la province instable et reculée du Baloutchistan, un des principaux foyers de violences anti-chiites dans ce pays à majorité sunnite.

Près de 2.000 personnes ont manifesté jeudi à Quetta, capitale du Baloutchistan, sur l'une des principales avenues de la ville, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les proches des victimes de l'attaque de mardi y ont disposé leurs cadavres, disant refuser de les enterrer jusqu'à ce que l'Etat prenne des mesures contre les assaillants, un geste de protestation fort dans une société musulmane où la coutume est d'enterrer les morts très rapidement.

Les protestataires ont organisé un sit-similaire autour des cercueils recouverts de draps et ornés de photos des victimes.

Des manifestations similaires ont également eu lieu dans la mégalopole du sud Karachi ainsi que dans plusieurs villes de la province du Pendjab (centre et est): Lahore, Multan et Rawalpindi (près de la capitale Islamabad), selon des correspondants de l'AFP.

L'attaque de mardi à été revendiquée par le Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), un groupe armé extrémiste sunnite allié à Al-Qaïda. Le LeJ, qui considère les chiites comme infidèles, est accusé d'en avoir tué plusieurs centaines depuis son émergence dans les années 1990.

Les groupes extrémistes sunnites tels que le LeJ s'inspirent notamment de l'idéologie radicale sunnite salafiste d'Arabie Saoudite. La minorité chiite (20% de la population pakistanaise) est elle considérée comme proche du pouvoir iranien, première puissance chiite mondiale et traditionnel rival de l'Arable Saoudite au Moyen Orient.

Les affrontements et violences entre sunnites et chiites ne sont pas nouveaux au Pakistan. Mais de plus en plus de chiites sont victimes d'attentats ou d'assassinats ciblés: plus de 400 morts en 2013, année record en la matière.

Ces violences s'inscrivent dans un contexte de montée des rivalités et affrontements entre sunnites et chiites dans une partie du monde musulman, notamment au Moyen Orient dans des pays en conflit comme l'Irak et la Syrie.

Par ailleurs, dans le nord-ouest, six personnes dont deux enfants ont été tuées et sept blessées jeudi par l'explosion d'une voiture suicide dans la banlieue de Peshawar, principale ville de la région, selon la police locale.

L'attaque, dont la cible n'a pas été précisée, n'était pas revendiquée en fin d'après-midi. Elle intervient quelques jours après deux attentats sanglants des talibans, alliés à Al-Qaïda, contre l'armée. Celle-ci a en représailles bombardé cette semaine des repaires rebelles dans le nord-ouest, près de la frontière afghane, affirmant y avoir tué 40 combattants islamistes.

str-shk/ga/ia/emd/mr

PLUS:hp