NOUVELLES

Les députés du Lac-Saint-Jean souhaitent une reprise des négociations avec les Innus

23/01/2014 02:16 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Les deux députés péquistes de Roberval, Denis Trottier, et de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, espèrent que les négociations territoriales avec les Innus vont reprendre prochainement afin d'empêcher l'émergence de différends, comme celui sur la cession de terrains de Roberval à Mashteuiatsh.

Ils déplorent que l'arrêt des négociations cause des dommages importants au Lac-Saint-Jean.

Les députés mentionnent, entre autres, la récente sortie du maire de Roberval, Guy Larouche, qui refuse de céder des terrains à la communauté autochtone voisine et l'opposition entre les pêcheurs de ouananiche autochtones et non autochtones.

« Si on ne règle pas l'ensemble de l'œuvre d'un seul coup, on se retrouve avec la gestion du cas par cas, souligne Alexandre Cloutier. Et je ne crois pas qu'il s'agit de la bonne façon de faire. »

« Quand tu es neuf ans, presque dix ans sans faire avancer un dossier, tu te retrouves avec des dommages collatéraux », ajoute Denis Trottier.

Développement économique

Par ailleurs, les deux députés ont présenté un portrait optimiste du développement économique du secteur du Lac-Saint-Jean.

Ils notent l'implantation d'une usine d'extrusion d'aluminium à Alma et des perspectives encourageantes pour l'industrie forestière, deux mois après le rendez-vous de la forêt.

Alexandre Cloutier et Denis Trottier approuvent aussi la décision de leur gouvernement d'accorder une réduction du tarif L pour le projet FerroAtlantica.

Ils se disent prêts à discuter de ce type de réduction avec les alumineries, mais à certaines conditions.

« Si les entreprises disaient nous autres, on voudrait que vous baissiez les prix de l'électricité quand le prix de l'aluminium est très bas, peut-être que ça se regarde. Mais il faut trouver des solutions dans lesquelles on va être gagnant-gagnant », indique M. Trottier.


Les députés ont également offert leur collaboration aux citoyens qui souhaitent prendre part aux audiences publiques sur la gestion du lac Saint-Jean par Rio Tinto Alcan.

Ils affirment que cette question est essentielle pour la préservation du milieu naturelle et le développement touristique.

PLUS:rc