NOUVELLES

Le Pentagone ordonne un examen complet des forces nucléaires américaines

23/01/2014 03:03 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a ordonné un passage en revue complet du personnel militaire au sein des forces nucléaires américaines après une série de scandales, a annoncé son porte-parole jeudi.

Les récentes révélations, concernant notamment des cas de tricherie à un examen de routine ou de possession de drogues par des officiers chargés de lancer les missiles nucléaires intercontinentaux (ICBM), "posent des questions légitimes quant à la gestion de l'une de nos missions les plus importantes et les plus sensibles", a déclaré le contre-amiral John Kirby à des journalistes.

Cet audit portera non seulement sur les unités de missiles ICBM mais aussi sur les autres composantes des forces nucléaires américaines comme les sous-marins et bombardiers nucléaires.

Il sera axé sur les "questions affectant le moral, le professionnalisme, la performance et le leadership des personnes qui composent les forces nucléaires", selon le contre-amiral Kirby.

Les principaux responsables civils et militaires des forces nucléaires, notamment le chef du Strategic Command (Stratcom), l'amiral Cecil Haney, doivent rencontrer le ministre dans les quinze jours pour soulever ces questions. Ils auront par la suite 60 jours pour mettre au point un "plan d'action" afin d'identifier et de résoudre les problèmes dans les forces nucléaires.

Enfin, le secrétaire à la Défense a ordonné la mise en oeuvre d'une "commission indépendante" constituée d'anciens responsables de la Défense pour se pencher sur les efforts de l'armée pour répondre aux problèmes des forces nucléaires. Ce panel d'experts devra rendre sa copie 90 jours après avoir été formé.

En 2008, le secrétaire à la Défense de l'époque Robert Gates avait renvoyé le chef d'état-major et le secrétaire à l'Air Force après des incidents répétés au sein des forces nucléaires.

A ce stade, il n'est pas question de mettre en cause la haute hiérarchie pour les manquements constatés ces derniers mois, a assuré John Kirby.

"Les chefs qui devraient être mis en cause le seront. Mais nous n'en sommes pas là", a-t-il déclaré.

La semaine passée, la secrétaire à l'Air Force, Deborah Lee James, a annoncé la suspension de 34 officiers de l'une des trois bases de missiles ICBM pour tricherie à un examen de routine de leur compétence. Deux d'entre eux sont par ailleurs accusés de possession de drogues.

En octobre, quatre autres officiers avaient été suspendus pour s'être endormis à leur console en laissant ouverte la porte blindée de leur poste de lancement.

Les manquements au sein d'une force où il n'y a selon le Pentagone "pas le droit à l'erreur", ont touché même la haute hiérarchie avec le renvoi en juillet du général commandant les unités de missiles ICBM pour des beuveries lors d'un voyage à Moscou.

Pour le Pentagone, l'inquiétude se concentre sur le moral et le professionnalisme d'une partie du personnel et non pas sur la sécurité de l'arsenal nucléaire américain.

Le ministre a "confiance dans la sécurité et la sûreté de la mission nucléaire et de l'arsenal", a encore assuré John Kirby.

Les manquements constatés ces derniers mois concernent exclusivement des personnels au sein des unités de missiles ICBM. Le Pentagone n'envisage toutefois pas de renoncer à ce pilier des forces stratégiques américaines.

Les Etats-Unis disposent de 450 missiles balistiques intercontinentaux, de 14 sous-marins capables d'emporter chacun 24 missiles nucléaires ainsi que de dizaines de bombardiers capables de larguer des bombes atomiques.

Au 1er janvier, ils disposaient de 1.688 ogives nucléaires utilisables, un chiffre qui doit être ramené à 1.550 d'ici 2018 dans le cadre du traité START de désarmement nucléaire conclu avec la Russie, selon le département d'Etat américain.

ddl-mra/gde

PLUS:hp