NOUVELLES

Le Conseil de l'Europe s'inquiète d'une montée de l'antisémitisme

23/01/2014 09:46 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Le Conseil de l'Europe s'est dit inquiet jeudi de la montée de l'antisémitisme sur le vieux continent, une haine qui s'exprime selon lui sous des formes de plus en plus "modernes", plus de 70 ans après l'Holocauste.

"Une hostilité profondément enracinée continue de menacer la sécurité et la dignité humaine des juifs dans toute l'Europe", a déclaré sur son blog Nils Muiznieks, commissaire aux droits de l'Homme de l'organisation européenne. Selon une étude menée dans huit pays européens en 2012, et citée par M. Muiznieks, 76% des personnes de confession juive estimaient que l'antisémitisme s'était aggravé dans leur pays au cours des cinq dernières années.

Aujourd'hui, "les formes +modernes+ d'antisémitisme sont nombreuses", a observé le commissaire, prenant comme exemple la multiplication des messages de haine sur les réseaux sociaux. En juillet dernier, Twitter a fourni au parquet de Paris une liste qui doit permettre "d'identifier les utilisateurs qui avaient posté des messages antisémites sur le réseau social", a-t-il noté.

A quelques-jours de la journée internationale en mémoire des victimes de la Shoah, prévue le 27 janvier, le commissaire invite les Etats à "s'attaquer à (ce) problème croissant sur Internet", en collectant "systématiquement les données" sur ces incidents, afin de "lutter activement" contre ces "manifestations de haine".

Mais l'antisémitisme sévit aussi sous des formes "traditionnelles", ravivant "le terrible souvenir des politiques nazies", selon M. Muiznieks, qui évoque l'appel lancé par le Parlement hongrois il y a un peu plus d'un an afin de "recenser les juifs représentants +une menace pour la sécurité nationale+".

Evoquant, sans le citer nommément, l'humoriste français Dieudonné, le commissaire aux Droits de l'Homme se félicite que les propos de cet "ancien humoriste devenu militant" aient été condamnés par les autorités françaises.

"Les autorités doivent se prémunir contre la banalisation de ces manifestations", note M. Muiznieks, notamment "au moyen d'actions éducatives qui consistent à enseigner l'Holocauste avec la plus grande rigueur historique".

str-ab/abk

PLUS:hp