NOUVELLES

La ministre Zakaïb avait collaboré avec la commission Charbonneau

23/01/2014 11:37 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

La ministre Élaine Zakaïb, dont le nom a rebondi mercredi devant la commission Charbonneau, avait rencontré le 14 janvier dernier sa procureure en chef Sonia Lebel.

Après la rencontre, la commission aurait décidé de ne pas convoquer la ministre déléguée à la politique industrielle pour une comparution en bonne et due forme.

L'information a d'abord été divulguée par la première ministre Pauline Marois lors d'un point de presse à Davos. Le cabinet de madame Zakaïb a ensuite confirmé que cette rencontre a eu lieu.

La ministre est la cible des attaques des partis d'opposition à Québec dans la foulée d'une conversation de mars 2009 diffusée mercredi à la commission Charbonneau.

On y entend madame Zakaïb dire à Michel Arseneault, qui était alors président de la FTQ, qu'elle savait que certains tentaient d'empêcher les concurrents de Tony Accurso d'obtenir de l'argent du fonds de Solidarité FTQ.

Élaine Zakaïb affirme avoir mis fin à ces pratiques peu de temps après avoir appris leur existence.

Marois maintient sa confiance à Zakaïb

Pauline Marois pense que sa ministre a agi correctement dans ce dossier. La première ministre affirme qu'elle a pris les bonnes décisions et posé les gestes nécessaires pour régler le problème qui existait à l'époque au Fonds de solidarité.

Mme Marois est aussi satisfaite du fait que la ministre déléguée ait rencontré la Commission Charbonneau.

« Elle a répondu aux demandes de la commission, elle a témoigné devant la commission et répondu à toutes les questions » affirme la première ministre qui est à Davos en Suisse.

Quant à son conjoint Claude Blanchet, madame Marois n'a pas voulu dire s'il a été convoqué par la Commission Charbonneau.

Avec les informations de Davide Gentile

PLUS:rc