Une nouvelle étude révèle que si les femmes font preuve d’une grande prudence lors de la première grossesse, elles baissent considérablement la garde lors des grossesses suivantes surtout en ce qui concerne la prise d'acide folique.

Le nombre de femmes québécoises qui prennent des vitamines prénatales contenant de l’acide folique commence à diminuer dès la deuxième grossesse et chute de 21 % à la troisième grossesse et aux grossesses subséquentes selon une étude menée par Materna de Nestlé.

Les experts médicaux comprennent qu'il est normal et naturel que les femmes s'accordent plus de latitude après la première grossesse, mais le Dr. John Yaremko, pédiatre à l’Hôpital de Montréal pour enfants, affirme que les femmes ne peuvent pas se permettre de passer à côté des vitamines prénatales contenant de l’acide folique.

« Il s’agit là d’une tendance alarmante, car environ la moitié des grossesses sont non planifiées. Même lorsque la grossesse est planifiée, les femmes découvrent qu’elles sont enceintes seulement après au moins quatre semaines de grossesse. »

Le sondage a aussi permis de constater que la majorité des Québécoises savent que les femmes enceintes devraient prendre tous les jours des vitamines prénatales contenant de l’acide folique. Toutefois, peu sont au courant du fait que les femmes devraient commencer à prendre de l’acide folique 12 semaines avant même de devenir enceintes, ce que recommandent les experts canadiens afin de prévenir les malformations du tube neural, telles que le spina bifida, qui peuvent survenir au tout début de la grossesse.

N'oubliez pas qu'un bébé en santé commence par une maman en santé.

Loading Slideshow...
  • S'inquiéter pour la gestion du temps

    Les notions de température et d'ovulation ne feront que vous stresser . Souvenez-vous: si vous avez des menstruations régulières, votre période la plus fertile s'étend du 12è au 16è jour. Si vos cycles sont irréguliers, parlez-en à un endocrinologue.

  • Ne pas tenir compte de son IMC

    L'IMC (Indice de masse corporelle) est calculé en tenant compte du poids et de la taille. Un poids trop élevé provoque des changements hormonaux qui peuvent affecter l'ovulation et la production de sperme. Être en sous-poids peut aussi briser la régularité des règles. L'IMC idéal se situe entre 20 et 25. Bonne nouvelle: perdre ne serait-ce que 5% de votre masse corporelle peut améliorer la fertilité de manière significative.

  • Consommer de la malbouffe

    Vous êtes ce que vous mangez. Si vous voulez tomber enceinte, essayez d'éviter les aliments transformés, les sucreries, et les graisses saturées. Remplacez-les par des fruits, des légumes, et des protéines maigres, et ne consommez pas trop de glucides.

  • Éviter d'aller chez le docteur

    Si vous essayez de tomber enceinte depuis un an et que vous avez moins de 35 ans, ou si vous essayez depuis six mois et que vous avez plus de 35 ans, il est temps de parler avec un spécialiste.

  • Fumer

    Chacun sait à quel point la cigarette est mauvaise, et les chiffres sont là pour le prouver. Un rapport de l'association médicale britannique a montré que le taux de fertilité des fumeurs pouvait être réduit de 10 à 40%.

  • Boire trop de café

    Même s'il a été démontré que deux tasses de café par jour ne présentaient aucun danger pour la fertilité, en boire plus que cette limite peut s'avérer contre-productif. Une étude a montré que «les femmes qui consomment plus d'une tasse de café par jour avaient moitié moins de chances de tomber enceinte à chaque cycle par rapport aux femmes qui en boivent moins».

  • Utiliser des lubrifiants à base d'eau

    Les lubrifiants à base d'eau peuvent entraver vos efforts pour avoir un bébé. Certains lubrifiants inhibent les mouvements du sperme de 60 à 100% lors d'un rapport de 10 minutes.

  • Avoir un sommeil irrégulier

    Des recherches ont montré que la leptine, qui joue un rôle primordial dans la fertilité, est réduite lorsque le corps est privé de sommeil. Accordez-vous au moins sept heures de sommeil par nuit.

  • Ne pas se faire aider

    Une étude a montré que les femmes infertiles étaient aussi anxieuses et déprimées que les femmes ayant un cancer ou de l'hypertension. Si c'est votre cas, ne restez pas seule. Parlez à votre partenaire, voyez un conseiller ou inscrivez-vous à un groupe de soutien près de chez vous. Un couple sur six a des difficultés à avoir un enfant, il y a de fortes chances pour que vous trouviez des personnes ayant vécu la même expérience que vous.

  • «Se préserver» pour l'ovulation

    Selon les experts, pas besoin de ménager le sperme pour avoir des relations pendant l'ovulation ou d'avoir des rapports plusieurs fois pendant les jours menant à l'ovulation. Ne laissez pas votre désir d'être enceinte interférer avec votre vie sexuelle.