NOUVELLES

GB/armée: dernier tour de vis avec 1.500 licenciements

23/01/2014 08:44 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

L'armée britannique, soumise à une cure d'amaigrissement draconienne décidée en 2010, s'apprête à licencier 1.500 personnes lors d'un quatrième tour de vis annoncé comme le dernier, a indiqué jeudi le gouvernement.

Le ministre de la Défense Philip Hammond a qualifié la mesure de "douloureuse" mais a assuré que les troupes pouvaient désormais avoir "l'esprit tranquille" puisque la période de restructuration était "révolue".

Le chef de l'armée britannique, Peter Wall, a confirmé "la fin d'une période de grande incertitude" et assuré que l'institution allait "tout faire pour que les personnes concernées réussissent leur reconversion dans le civil".

En juin dernier, 4.500 personnes avaient déjà perdu leur emploi dans l'armée. Des postes supprimés jeudi, 1.425 proviennent de l'armée de terre, dont environ 350 touchent l'emblématique régiment des ghurkas népalais.

Sont également remerciés 70 médecins et dentistes militaires de la Royal Air Force et une dizaine de personnes dans la Royal Navy.

Décidées en 2010, les coupes budgétaires prévoient que les effectifs de l'armée régulière passent de 102.000 à 82.000 personnes d'ici 2020, tandis que le nombre de réservistes doit gonfler de 19.000 à 30.000.

La Royal Air Force et la Navy doivent chacune perdre 5.000 postes pour employer respectivement 35.000 et 30.000 personnes.

L'ampleur des coupes a suscité des inquiétudes dans les rangs de l'armée et au sein du parti conservateur au pouvoir.

Jeudi dernier, l'ancien secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a également estimé qu'elles réduisaient la capacité militaire du Royaume-Uni qui ne sera plus, de ce fait, "un partenaire à part entière" des Etats-Unis.

"Faux", a répondu le Premier ministre David Cameron qui a souligné que la Grande-Bretagne possédait toujours le quatrième budget de la défense au monde et restait un "acteur de premier plan" dans ce domaine.

jk/dh/gg

PLUS:hp