NOUVELLES

Bangladesh: le nouveau salaire minimum pas appliqué dans 40% des usines textiles

23/01/2014 07:48 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Près de 40% des usines textiles installées à Dacca, au Bangladesh, ne paient pas le salaire minimum promis fin 2013 aux ouvriers après plusieurs mois de manifestations contre des conditions de travail inacceptables, a indiqué jeudi un représentant du patronat du secteur.

Le gouvernement a donné fin novembre son feu vert à une hausse du salaire minimum pour les quatre millions d'ouvriers textiles à 68 dollars par mois, en hausse de 77% par rapport au précédent, une décision prise à la suite de nombreuses grèves et de graves accidents dans des usines.

"Nous avons conduit un sondage dans 594 usines à Dacca et dans ses environs. Les ouvriers reçoivent le nouveau salaire dans 62% de ces usines", a déclaré le vice-président de l'association des fabricants et exportateurs d'habillement du Bangladesh, Shahidillah Azim.

Dans le port de Chittagong, "seulement 5% des usines ont pu accorder ce nouveau salaire", a-t-il déclaré à l'AFP sans donner d'autres détails sur ce sondage qui n'a pas été rendu public.

Les manifestations meurtrières qui se sont succédé avant les législatives du 5 janvier, combinées au blocage des transports, ont entrainé une chute des exportations qui ont forcé les fabricants de textile à repousser la hausse, a-t-il assuré.

"Nous connaissons une très mauvaise situation. Les distributeurs occidentaux ont annulé ou réorienté leurs commandes. Conséquence, les embauches ont pratiquement toutes été stoppées. Les ouvriers comprennent la situation", affirme-t-il.

Cependant, les statistiques officielles du secteur font apparaître une forte progression de 20% des exportations sur le deuxième semestre 2013 par rapport à la même période de 2012.

Un responsable syndical, Babul Akter, a contesté le sondage patronal, estimant que seuls 20% des fabricants de textile du pays ont appliqué le nouveau salaire minimum.

"Les ouvriers expérimentés ont été rétrogradés au rang de stagiaire pour permettre aux fabricants de ne pas les augmenter autant que prévu", dit-il.

Malgré cette hausse de 3.000 taka à 5.300 taka (68 USD), les ouvriers textiles du Bangladesh restent parmi les plus mal payés dans le monde.

L'effondrement en avril, avec un bilan de 1.135 morts, du complexe Rana Plaza, qui abritait plusieurs ateliers de production, avait fait découvrir les piètres conditions de travail et les salaires de misère des ouvriers du secteur.

sa/tha/ef/fw

PLUS:hp