NOUVELLES

Syrie: l'Iranien Rohani doute du succès de la conférence Genève II

22/01/2014 02:20 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Le président iranien Hassan Rohani a douté du succès de la conférence Genève II sur la Syrie qui s'ouvre mercredi en Suisse sans la présence de l'Iran, dénonçant la participation de "soutiens des terroristes".

"Tout montre qu'il y a peu d'espoir que la conférence de Genève II aboutisse à une solution aux problèmes du peuple syrien et au (fléau du) terrorisme", a dit M. Rohani, cité par l'agence Mehr avant son départ de Téhéran pour le Forum économique mondial de Davos.

"Nous avons également peu d'espoir sur l'efficacité de cette conférence pour établir la stabilité puisque certains des soutiens des terroristes y participent", a-t-il ajouté.

L'Iran, principal allié régional du régime de Bachar al-Assad, qualifie les membres de l'opposition syrienne de "terroristes" et accuse les monarchies arabes du Golfe, la Turquie et les pays occidentaux d'armer et de financer les rebelles.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exclu lundi soir l'Iran de la conférence Genève II, moins de 24 heures après avoir lancé une invitation à Téhéran qui a provoqué la discorde au sein des participants.

L'ONU a justifié cette décision par le refus iranien de soutenir un gouvernement de transition en Syrie, comme le prévoit le "communiqué de Genève" signé par les grandes puissances le 30 juin 2012.

L'Iran a accusé mardi M. Ban d'avoir retiré cette invitation sous la pression des Etats-Unis et de cacher les "vraies raisons" de ce revirement.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, qui souhaitent comme l'opposition syrienne le départ du président Bachar al-Assad, avaient fait d'un soutien iranien à une transition démocratique une condition sine qua non de sa présence en Suisse. L'opposition syrienne avait menacé de boycotter la conférence si l'Iran était présent.

Le Forum de Davos est une occasion importante "pour des raisons économiques et pour expliquer notre vision politique", a souligné le président Rohani, selon l'agence officielle Irna.

Il est accompagné par son chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif, et le ministre du Pétrole Bijan Zanganeh.

Plus de quarante chefs d'État et de gouvernement ainsi que 2.500 participants prendront part à la 44e édition du Forum, du 22 au 25 janvier, qui réunira comme chaque année le gotha de la politique et du monde des affaires dans cette petite station de ski huppée des Alpes.

Le conflit en Syrie, le changement climatique, la santé, mais aussi les interrogations sur la vigueur de la reprise économique seront au coeur des débats.

Hassan Rohani souhaite relancer les investissements étrangers dans l'économie iranienne étouffée par les sanctions, grâce aux récentes avancées diplomatiques sur le programme nucléaire controversé de Téhéran.

Il a expliqué avoir été invité en raison de la curiosité du monde sur le "nouveau visage de l'Iran" après son élection en juin 2013.

str/cyj/sw

PLUS:hp