NOUVELLES

Pakistan: six policiers tués alors qu'ils escortaient un cycliste espagnol

22/01/2014 07:39 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Au moins six policiers pakistanais ont été tués mercredi par un groupe armé alors qu'ils escortaient un touriste cycliste espagnol sur une route reculée et dangereuse du sud-ouest du Pakistan, selon les autorités locales.

Le cycliste et son escorte sont tombés dans une embuscade dans le district de Mastung, à 55 km à l'ouest environ de Quetta, capitale de la très instable province du Baloutchistan.

Frontalière de l'Iran et de l'Afghanistan, le Baloutchistan est une région reculée déchirée par le conflit entre l'armée et les rebelles indépendantiste baloutches.

Elle abrite également de nombreux groupes criminels, islamistes et/ou mafieux. Les enlèvements pour rançon y sont communs, faisant des étrangers, notamment occidentaux, passant dans la région des proies recherchées.

"La police tribale était en train d'escorter le cycliste espagnol, depuis son entrée au Pakistan depuis l'Iran, lorsqu'elle a été attaquée par des hommes armés", a déclaré à l'AFP un haut responsable de l'administration locale, Shafqat Sehwani.

Six policiers ont été tués et cinq blessés dans l'affrontement qui a suivi et s'est terminé avec le départ des assaillants, a-t-il ajouté. Un autre responsable de l'administration locale, Akbar Baluch, a confirmé ce bilan, ajoutant qu'un des assaillants avait également été tué.

Le cycliste espagnol, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a quant à lui été "légèrement blessé", selon Aasa Gilani, un membre du gouvernement provincial.

Pris en charge par l'administration locale, il a été transféré et soigné à l'hôpital de Quetta et devrait être rapatrié "ce soir" dans la capitale Islamabad, a-t-il ajouté.

Un porte-parole de l'ambassade d'Espagne à Islamabad a confirmé à l'AFP qu'il était sortie de l'hôpital et en bonne santé, sans plus de précisions.

En mars dernier, deux femmes tchèques avaient été enlevées alors qu'elle traversaient le Baloutchistan en provenance d'Iran. Toujours otages, elles sont apparues en octobre dernier dans une vidéo où elles demandaient à leur gouvernement de se mobiliser pour les faire libérer.

A l'été 2001, un couple suisse avait été enlevé dans la même région par les rebelles talibans pakistanais, avant d'être libéré en mars 2012.

Dans ce contexte, le gouvernement pakistanais comme les gouvernements étrangers déconseillent en général fortement à leur ressortissants d'emprunter cette route reliant l'Iran à l'Inde, autrefois très prisée des voyageurs bohèmes occidentaux.

L'attaque de mercredi a eu lieu près du lieu où 24 pèlerins chiites ont trouvé la mort la veille dans un attentat contre le bus qui les ramenait d'Iran.

Mercredi, les autorités du Baloutchistan ont annoncé avoir retrouvé la veille le corps d'un chiite enlevé deux jours plus tôt.

Les chiites, qui représentent environ 20% de la population, très majoritairement sunnite par ailleurs, sont régulièrement visés par de sanglants attentats, régulièrement revendiqués par des extrémistes sunnites proches d'Al-Qaïda, notamment au Baloutchistan.

bur-ia/emd/abk

PLUS:hp