NOUVELLES

Mondial-2014: livraison d'un septième stade sur les douze prévus

22/01/2014 03:51 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Enfin une bonne nouvelle pour le Mondial-2014 au Brésil (12 juin-13 juillet): un septième stade sur les douze prévus a été livré mercredi, à Natal, au lendemain des vives critiques sur Curitiba émises par la Fifa.

Tous les stades étaient censés être livrés avant le 31 décembre. Mais, refrain connu, les travaux supposent souvent des retards, et l'Arena das Dunas de Natal (nord-est) est le seul à s'être ajouté à la liste des stades prêts, les six de la Coupe des Confédérations 2013 (Belo Horizonte, Brasilia, Fortaleza, Recife, Salvador et le Maracana de Rio de Janeiro).

Avec plus de trois heures de retard sur l'horaire prévu, Mme Rousseff a officiellement inauguré le stade à 19h10 locales (21h10 GMT) en dénouant deux rubans, accompagnée du secrétaire général de la Fifa Jérôme Valcke, du président de la Confédération brésilienne de football (CBF) et du Comité d'organisation local du Mondial (COL), José Maria Marin, et des anciens joueurs Bebeto (membre du COL) et Cafu.

Elle a ensuite frappé dans le ballon au milieu du terrain pour donner le coup d'envoi symbolique du stade. "C'est le premier stade qu'on livre dans la deuxième phase, a-t-elle déclaré à la presse. Ce pays, c'est le pays du foot".

Elle a aussi annoncé que la prochaine livraison de stade concernerait le Beira-Rio de Porto Alegre, "fin janvier".

Le chef de l'Etat devait s'envoler dans la foulée pour la Suisse, afin de se rendre au sommet de Davos et à un rendez-vous jeudi avec le président de la Fifa, Joseph Blatter.

M. Valcke, qui effectue actuellement une tournée des stades et est resté en retrait lors de l'inauguration, avait de son côté salué sur Twitter "l'engagement total pour une grande Coupe" de la part du gouvernement local du Rio Grande do Norte et de la ville de Natal. "Les supporters vont adorer ce lieu unique", a-t-il ajouté.

L'Arena das Dunas, qui peut accueillir 42.000 spectateurs, a coûté 210 millions de dollars, soit 15% de plus que le budget initial, un des dépassements les moins importants parmi les enceintes en construction. L'enveloppe globale a atteint 4 milliards de dollars, environ le double des investissements prévus.

Deux matches entre équipes locales sont programmés le week-end prochain pour un premier essai grandeur nature.

'Plan B'

Répondant aux critiques qui voient dans ce stade un futur "éléphant blanc" (structure sans utilisation), Mme Rousseff a souligné que le stade serait le domicile de deux clubs et servirait pour d'autres activités (spectacles, conventions etc.).

Les organisateurs du Mondial et la Fifa affichaient ainsi de concert leur satisfaction, au lendemain d'une journée beaucoup plus délicate.

Mardi, Jérôme Valcke s'était en effet alarmé du retard dans les travaux du stade de Curitiba, où il n'y a encore ni toit ni pelouse. Parlant d'une "situation d'urgence", le Français avait espéré que la situation évolue rapidement "pour que Curitiba ne se retrouve pas exclue de la Coupe".

Mme Rousseff s'est dite mercredi "sûre" que le stade serait prêt "dans les temps".

Mais la menace est prise très au sérieux par José Maria Marin. "La situation est difficile. En ce sens, je pense que les responsables de la construction doivent rattraper le temps perdu, sinon, la Fifa étudiera pour la première fois un plan B. Il y a eu une alerte rouge intense", avait prévenu plus tôt le patron du foot brésilien en conférence de presse.

La seule mention des mots "plan B" a mis la presse brésilienne en émoi. Même si M. Marin a aussi relativisé, en rappelant que le stade de Recife avait également connu d'importants retards avant d'être finalement opérationnel pour la Coupe des Confédérations.

Un parfum de juin 2013 s'est d'ailleurs fait sentir à Natal: une manifestation y a rassemblé quelques centaines de personnes dont des syndicalistes, réclamant des moyens pour "la santé, la sécurité et l'éducation". Ces mots d'ordre avaient été au coeur des manifestations géantes qui avaient ébranlé le géant d'Amérique latine pendant la Coupe des Confédérations.

ybl/jcp

PLUS:hp