NOUVELLES

Le Québec célèbre 40 ans de présence au Japon et fait entendre sa petite musique souverainiste

22/01/2014 03:47 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

La province canadienne du Québec célèbre cette semaine ses 40 ans de présence au Japon et en profite pour faire entendre sa petite musique souverainiste.

Pendant une semaine une délégation emmenée par Jean-François Lisée, le ministre des Relations internationales, de la francophonie et du commerce extérieur, multiplie les rencontres avec des acteurs politiques et économiques nippons, à Tokyo, Kyoto et Osaka notamment.

"Le Québec est présent au Japon depuis 40 ans et c'est notre présence asiatique la plus forte", explique M. Lisée à l'AFP.

"Nous voulons, poursuit-il, renouveler sur une base technologique la relation Québec/Japon, car le Québec est très en pointe sur les systèmes d'électrification des transports ou des batteries électriques parmi les meilleurs au monde. Nous recherchons ici des partenariats, par exemple avec des constructeurs automobiles, pour marier les techniques québécoises et japonaises".

La délégation a notamment eu des entretiens au ministère de l'Economie, des Affaires étrangères, des Sciences et technologies et aussi avec des dirigeants de grandes entreprises nippones telles que Nissan et Sony.

M. Lisée a ainsi proposé à Nissan de venir assembler ses véhicules électriques dans la "belle province" avec des intrants québécois, soulignant que d'ici cinq ans "le Québec va être le plus gros consommateur de véhicules électriques de toute l'Amérique du Nord".

"Nous ne sommes bien sûr pas une grande puissance mais nous avons des choses à dire, par exemple dans la technologie du bâtiment vert. Ce sont par exemple des Québécois qui aident la région de Shanghai à écrire son nouveau code du bâtiment. C'est notre compétence qui ouvre les portes, pas notre poids politique", plaide encore M. Lisée qui en profite pour faire entendre sa petite musique souverainiste: "n'oubliez pas que le Québec c'est 20% de la population du Canada".

M. Lisée se refuse à parler avec l'AFP de politique intérieure, notamment du débat en cours sur le projet de loi controversé sur la laïcité. Il ne boude cependant pas son plaisir à la lecture du sondage publié lundi qui révèle une remontée, dans les intentions de vote, des indépendantistes du Parti Québecois, qui pourrait même obtenir la majorité alors qu'il est minoritaire au pouvoir actuellement, si des élections se déroulaient aujourd'hui.

"Le Canada va fêter son 150e anniversaire, le Québec en est à son 400e", glissait-il lors d'un dîner débat mardi soir à Tokyo, tout en répondant à des questions sur la stratégie indépendantiste québécoise posées par des Catalans ou Belges flamands.

Le Québec dispose actuellement de 28 délégations générales dans le monde, celle basée à Paris ayant rang d'ambassade, dit-il en précisant qu'en certains endroits, notamment New-York, la présence "diplomatique" du Québec est antérieure à celle du Canada.

"Ce réseau, poursuit Jean-François Lisée, a été construit par les deux familles québécoises: la pro-canadienne et la famille indépendantiste. La délégation à Tokyo a ainsi été ouverte par des pro-canadiens, et par la suite a été renforcée par des indépendantistes. C'est donc une volonté consensuelle de parler le plus possible par sa propre voix dans le monde".

jlh/pn/abkj

PLUS:hp