NOUVELLES

Gaza: 2 tués dans un raid, Israël menace d'utiliser les grands moyens

22/01/2014 06:35 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Deux Palestiniens, dont un membre d'un groupe armé, ont été tués mercredi à Gaza dans un raid lancé par Israël, qui a menacé le Hamas d'utiliser les grands moyens pour faire cesser les tirs de roquettes.

Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a mis en garde mercredi le Hamas, au pouvoir à Gaza, indiquant qu'Israël continuerait "d'utiliser la force" contre les tirs de roquettes, par "tous les moyens à notre disposition".

"S'il (le Hamas, NDLR) ne parvient pas à imposer son autorité sur les organisations terroristes qui opèrent à partir de son territoire, nous continuerons à agir afin d'exiger de lui et de ceux qui sont engagés dans le terrorisme et dans les tirs vers Israël un prix très lourd", a-t-il prévenu.

Le vice-ministre de la Défense Danny Danon a renchéri dans un communiqué, affirmant que "les terroristes à Gaza semblaient avoir oublié les leçons que nous leur avons administrées par le passé", en allusion à l'opération "Pilier de défense" (14-21 novembre 2012), au cours de laquelle plus de 170 Palestiniens et 6 Israéliens avaient été tués.

Ces déclarations font écho à celles du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a directement menacé le Hamas.

"Nous répliquons à ceux qui nous attaquent. Si le Hamas et d'autres organisations ont oublié cette leçon, ils l'apprendront de nouveau à leur dépens et très bientôt", avait assuré mardi M. Netanyahu.

Le gouvernement du Hamas, qui a annoncé mardi le déploiement de forces à la frontière pour empêcher les tirs de roquettes et "préserver la trêve" sous l'égide de l'Egypte qui a conclu l'opération "Pilier de défense", a rejeté sur l'Etat hébreu "la responsabilité de l'escalade".

"Les contacts sont en cours avec la partie égyptienne et nous avons affirmé que c'était l'occupation qui continuait à violer la trêve", a déclaré à l'AFP Ihab al-Ghussein, porte-parole du gouvernement du Hamas.

"Nous sommes pour l'accord (de trêve, NDLR) si l'occupant le respecte, mais s'il ne le respecte pas, la résistance adoptera une autre position", a-t-il prévenu.

Risque de confrontation majeure

Dans la nuit de mardi à mercredi, une frappe israélienne dans le nord de la bande de Gaza a tué deux Palestiniens, dont un membre d'un groupe armé, Ahmad Zaanine, et un parent, Mahmoud Zaanine.

L'armée israélienne a affirmé qu'Ahmad Zaanine était impliqué dans de récents tirs de roquettes, notamment lors des funérailles de l'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon, le 15 janvier, ajoutant qu'il avait rejoint la branche armée du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP, gauche radicale), après avoir appartenu à celle du Jihad islamique.

La branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, l'a pour sa part revendiqué comme un de ses membres.

Des témoins palestiniens avaient dans un premier temps indiqué que les deux hommes appartenaient à ce mouvement islamiste radical.

La multiplication des raids israéliens et des tirs de roquettes et incidents frontaliers ces dernières semaines fait planer, selon les commentateurs, la possibilité d'une nouvelle confrontation majeure entre Israël et le Hamas.

Au total, 13 roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël depuis le 1er janvier, dont 5 ont été interceptées par le système antimissile Iron Dome (Dôme de Fer), selon l'armée israélienne.

Signe de la tension croissante, une batterie mobile du système d'interception de missiles Iron Dome a été installée lundi dans la région de la ville israélienne d'Ashdod, au nord de la bande de Gaza, selon les médias israéliens.

Un responsable militaire du Jihad islamique avait été grièvement blessé dimanche matin par une frappe aérienne israélienne alors qu'il circulait à moto au nord de la ville de Gaza.

dms-sa/sst/agr/sw

PLUS:hp