NOUVELLES

Ekblad, futur 1er choix?

22/01/2014 08:57 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

BARRIE, ON - Depuis une trentaine d'années, les défenseurs ont plus ou moins la cote auprès des équipes qui disposent du tout premier choix au repêchage. Aaron Ekblad saura-t-il les faire changer d'avis?

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Depuis 1980, seulement six arrières ont été réclamés au tout 1er rang, et un seul depuis le nouveau millénaire, soit Erik Johnson, par les Blues de St. Louis en 2006. Et l'an passé, même si plusieurs recruteurs s'entendaient pour désigner Seth Jones comme le meilleur joueur de l'encan, le défenseur format géant a attendu au 4e rang avant d'entendre son nom.

C'est ici qu'entre en jeu Ekblad, un défenseur des Colts de Barrie, dans la Ligue junior de l'Ontario. Son parcours exceptionnel, sa maturité et son talent ont attiré l'attention des recruteurs.

« Il fait partie des quatre ou cinq joueurs qui pourraient être réclamés au 1er rang, soutient Dan Marr, directeur de la Centrale de recrutement de la Ligue nationale. Je le vois comme la pierre d'assise (building block) de sa future équipe. »

« C'est le genre de joueur que tu ne vois pas souvent, ajoute un recruteur d'une équipe de la LNH, sous le couvert de l'anonymat. Au mondial junior, c'était le défenseur le plus constant. À son âge, il est très intelligent, il a une bonne vision du jeu, ses réactions sont bonnes, il ne met jamais ses coéquipiers en danger quand il fait une passe. Défensivement, il va s'améliorer. Mais il lit très bien le jeu dans sa zone et reste dans ses limites. Il va jouer longtemps dans la LNH. »

Ekblad en a fait assez jusqu'ici pour apparaître au 1er rang du dernier classement de l'ISS, une centrale de recrutement qui regroupe les joueurs nord-américains et européens dans une même liste. La centrale de la LNH le place quant à elle au 3e échelon des Nord-Américains, derrière les attaquants Sam Bennett et Leon Draisaitl, mais devant Sam Reinhart, un autre possible premier choix.

Ses 32 points le placent au 10e rang chez les défenseurs de la Ligue de l'Ontario. Mais il serait sans doute mieux classé s'il n'avait pas raté 10 des 43 matchs de son équipe en raison de sa présence au Championnat du monde junior.

Parmi les grands

Quand on parle avec Ekblad, on oublie vite que le jeune homme n'a pas encore l'âge légal pour acheter un billet pour la Quotidienne à quatre chiffres. En fait, tant par son allure de jeune adulte, sa carrure de 1,91 m et 98 kg (6 pi 3 po, 216 lb) ou par la maturité de ses propos, on croit plutôt qu'il s'agit d'un homme de 25 ans dans un corps de 17 ans.

« J'ai toujours été entouré de plus vieux, donc ça t'aide à gagner en maturité et à grandir plus vite », explique l'adolescent aux lointaines origines suédoises.

À commencer par la maison, où il est le plus jeune de deux frères. Mais aussi au hockey, puisqu'il est devenu en 2011 le deuxième joueur de l'histoire de la Ligue de l'Ontario, après John Tavares, à recevoir le statut de joueur exceptionnel. Il a donc fait ses premiers pas dans le circuit junior à 15 ans, et il a été nommé recrue de l'année.

On peut déjà constater que la pression - par exemple, celle liée à ce statut - ne l'effraie pas. Une force de caractère, jumelée à une humilité certaine.

« Il y a un peu plus de pression, mais ça me motive, explique-t-il. J'ai de la pression depuis 2-3 ans dans cette ligue. Mais c'est important que je réalise que c'est un sport d'équipe. Tellement de coéquipiers m'ont aidé, je ne dois jamais oublier ça. Mes parents m'ont enseigné le respect et m'ont toujours rappelé que je ne serai jamais plus gros que le hockey. »

« Dès son premier jour ici, malgré son âge, il a changé les Colts de Barrie, affirme son entraîneur-chef, le légendaire Dale Hawerchuk. Nous sommes devenus une meilleure équipe instantanément. Je le regardais jouer à 14 ans et il aurait pu nous aider à cet âge-là! »

Dans la LNH dans neuf mois?

À l'humilité et la maturité, il faut ajouter une bonne dose de confiance. On le constate quand on lui demande s'il se voit dans la LNH dès l'automne prochain, malgré la réticence de certaines équipes à employer des défenseurs de 18 ans.

« Oui, je me vois là à 100 %. C'est mon but et je suis motivé à y parvenir. Seth Jones a réussi, et je sais qu'une équipe aura besoin de moi. Cet été sera le meilleur été de ma vie. Si je travaille fort, j'y parviendrai. »

Et pendant qu'on se demande à quel rang il sera réclamé, Ekblad ne s'en fait pas.

« Tu veux te joindre à une équipe qui va te donner un gros rôle rapidement. Cam Fowler devait sortir 3e, il a été repêché 12e (NDLR : par les Ducks en 2010), mais a tout de suite commencé dans la LNH et il va participer aux Jeux de Sotchi. Le rang de repêchage ne change rien. Tu dois saisir ta chance. »

Défenseurs repêchés au 1er rang depuis 1980

  • Erik Johnson (Colorado, 2006)
  • Chris Phillips (Ottawa, 1996)
  • Bryan Berard (Ottawa, 1995)
  • Ed Jovanovski (Floride, 1994)
  • Roman Hamrlik (Tampa Bay, 1992)
  • Gord Kluzak (Boston, 1982)

PLUS:rc