POLITIQUE

Déficits des régimes de retraite: des syndicats refusent de payer

22/01/2014 12:18 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT
PC

Des syndicats d'employés municipaux de Montréal préviennent qu'il n'est pas question de négocier pour renflouer les déficits passés des régimes de retraite. Mardi, le maire Denis Coderre n'a pas écarté de telles négociations. La Ville doit récupérer 2,5 milliards de dollars engloutis, notamment lors de la crise financière de 2008.

Un texte de François Cormier Twitter Courriel

« Je pense que c'est illogique », affirme Michel Parent, président du syndicat des cols bleus de Montréal. « Il y a beaucoup d'employeurs qui se sont payés de congés de contribution lorsqu'il y avait des surplus. On ne se parlerait même pas de déficits si les employeurs avaient laissé les surplus dans les caisses de retraite », poursuit-il. Michel Parent indique que les cols bleus ont signé une convention collective dans laquelle l'employeur paie seul pour les déficits passés.

Le son de cloche est le même du côté des pompiers. « Il n'est pas question de toucher aux acquis », indique Laurent Arel, du Regroupement des associations de pompiers du Québec. Les régimes de retraite des pompiers de Montréal font face à un déficit de plus de 304 millions de dollars.

Le syndicat des cols blancs n'a voulu émettre aucun commentaire puisque les négociations se poursuivent dans le but de signer une nouvelle convention collective. Leur régime de retraite est celui qui fait face au plus important déficit avec plus de 661 millions de dollars.

Mardi, lors d'une rencontre à Québec, le maire Denis Coderre n'a pas fermé la porte à une négociation sur les déficits passés des régimes de retraite. « Ma priorité, c'est la négociation. Il faut aussi protéger le contribuable parce que ça nous coûte 500 millions par année », indiquait-il.

Il n'a toutefois pas précisé avec quels syndicats il pensait faire ces négociations. « Ce n'est pas un one-size-fits-all. Il y a des réalités au niveau des pompiers et des policiers. Ce n'est pas le même chose au niveau des professionnels, des cols bleus et des cols blancs », a poursuivi le maire.

Le chef de l'opposition, Richard Bergeron, rappelle que cette crise des régimes de retraite est due à la mauvaise gestion de la Caisse de dépôt et placement du Québec, notamment lors de la crise des prêts hypothécaires à risque. « Ces gens-là ont géré l'argent des contribuables québécois comme des clowns. Et aujourd'hui, ce sont les contribuables montréalais qui doivent renflouer les coffres ».

Richard Bergeron n'exclut pas de demander aux syndicats de payer une partie des déficits passés des régimes de retraite. « Ça a été fait en Suède. Ça a été accepté par les travailleurs et les retraités du secteur public », fait-il valoir. Il précise toutefois que la part des syndicats devrait être déterminée par la négociation.

De son côté, le maire de Québec Régis Labeaume croit que les syndicats doivent payer 50 % des déficits passés des régimes de retraite.

INOLTRE SU HUFFPOST

Denis Coderre pour les nuls