NOUVELLES

Brésil: le progamme de sécurité est le plus important mis en place pour un Mondial

22/01/2014 12:49 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Le programme de sécurité de la Coupe du Monde de football au Brésil sera le plus important mis en place pour un Mondial a assuré mercredi à Rio de Janeiro un représentant du gouvernement.

"Ce sera le plus grand dispositif de sécurité d'une Coupe du monde parce qu'il y a douze villes hôtes dans ce pays aux dimensions d'un continent", a déclaré Humberto Freire de Barros, responsable national du Secrétariat extraordinaire des grands événements lors d'une visite de la presse étrangère au nouveau Centre Intégré de Commandement et Contrôle (CICC), à Rio de Janeiro.

"Plus d'un milliard de réais (315 millions d'euros) ont été investis par Brasilia en sécurité dont 214 millions (67 millions d'euros) dans la gestion intégrée qui est la plus moderne du monde", a poursuivi ce haut fonctionnaire qui dépend du ministère de la Justice.

Construit sur trois étages sur une aire de 10.600 m2, le CICC de Rio concentrera au 3è étage les opérations pour la Coupe du Monde où fonctionnera notamment un cabinet de gestion de crise équipé d'une table tactile interactive pour planifier d'éventuelles opérations d'urgence.

Les 12 villes hôtes disposeront toutes d'un centre intégré relié à ceux de Rio et de Brasilia, a expliqué Edvaldo Novaes, sous-secrétaire à la technologie au secrétariat à la Sécurité de Rio. Il fonctionnera 24h sur 24, sept jours sur sept.

M. de Barros a souligné que la Coupe Fifa des confédérations (en juin 2013), et les Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ) avec la visite du pape François en juillet (à Rio) avaient "servi d'expérience" au Brésil.

Le pays a été secoué par une fronde sociale historique en juin pour réclamer l'amélioration des services publics, la fin de la corruption et critiquer les sommes publiques colossales engagées dans l'organisation des événements sportifs.

Il se prépare pour de nouvelles manifestations convoquées via les réseaux sociaux lors du Mondial, a indiqué M. de Barros.

"Nous faisons une évaluation permanente. Nous accompagnons les mobilisations pour que les gens puissent manifester de façon pacifique mais pour empêcher aussi tout acte de vandalisme. D'ici la fin mars nous définirons le nombre d'hommes mobilisés dans le pays pour le Mondial; il pourra changer en fonction des événements", a -t-il souligné.

Son homologue à Rio de Janeiro, M. Roberto Alzir a indiqué que depuis la Coupe des confédérations, la police suivait de plus près les réseaux sociaux.

cdo/pal/jcp

PLUS:hp