NOUVELLES

Afrique du Sud: Le syndicat Amcu repousse la grève dans l'or, la maintient dans le platine

22/01/2014 11:36 EST | Actualisé 24/03/2014 05:12 EDT

Le syndicat radical sud-africain Amcu, qui a lancé un préavis de grève dans les mines pour jeudi, a suspendu mercredi soir le mouvement dans les mines d'or, mais l'a maintenu dans le platine.

La grève aura lieu dans "le secteur du platine pour le moment", a résumé dans un SMS à l'AFP le président d'Amcu Joseph Mathunjwa, après une décision de justice déclarant illégal le mouvement dans les sites aurifères.

La Cour du travail de Johannesburg a en effet empêché mercredi Amcu de faire cesser le travail à ses adhérents dans neuf mines d'or en attendant un jugement sur le fond le 30 janvier. La Chambre des mines (patronat) estime qu'un tel mouvement serait illégal, un accord salarial ayant déjà été signé dans la branche --où Amcu est minoritaire, contrairement au platine-- en 2013.

La grève dans les mines d'or est en conséquence "retardée jusqu'au 30 janvier", a ajouté M. Mathunjwa.

Amcu, qui se dit un syndicat responsable, dit ne pas vouloir lancer de grèves sauvages.

Le mouvement, légal, doit en revanche commencer comme prévu jeudi soir chez les trois premiers producteurs de platine du monde, essentiellement basés autour de Rustenburg (nord).

le groupe sud-africain Impala Platinum (Implats), numéro deux mondial, a fait part de son intention de stopper ses installations minières dès le début du mouvement "afin de minimiser le risque de violence".

"Nous avons 60% de notre personnel adhérent à Amcu", le syndicat à l'origine de la grève, et "nous ne savons donc pas quel sera le taux de présence. (...) Nous avons donc décider de stopper toutes nos activités", a déclaré à l'AFP le porte-parole Johan Theron.

L'arrêt des activités "durera autant que nécessaire. Cela dépendra du niveau de présence et aussi de l'évolution de la grève et le processus de négociation collective", a-t-il ajouté.

"Nous avons aussi décalé l'équipe de nuit sur la journée. Tout cela pour avoir la garantie de minimiser le plus possible le risque d'intimidation (des non grévistes, ndlr) et de violence", a-t-il poursuivi. "Si et quand nous aurons suffisamment de travailleurs, nous pourrons toujours redémarrer certaines parties de la mine."

La grève doit aussi toucher les deux autres grands producteurs Anglo American Platinum (Amplats, Royaume-Uni/Afrique du Sud) et Lonmin (Royaume-Uni) et pourrait affecter la moitié de la production mondiale.

Amplats, numéro un mondial, a dit avoir également "commencé des procédures de fermetures de sécurité sur les opérations où Amcu est majoritaire".

"Nous prendrons des décisions en temps voulu", a dit de son côté à l'AFP Sue Vey, porte-parole du numéro trois Lonmin, qui exploite la mine de Marikana, théâtre en 2012 d'une grève sauvage particulièrement sanglante.

Amcu réclame un salaire de base de 12.500 rands (environ 840 euros), en écho à la revendication des mineurs de Marikana dont le mouvement avait tourné au massacre, la police ouvrant le feu sur un rassemblement et faisant 34 morts le 16 août 2012.

Le gouvernement sud-africain a parallèlement annoncé qu'il envisageait une réunion de conciliation vendredi entre la Chambre des mines, Amcu et la ministre du Travail Mildred Oliphant.

bur-clr-liu/cpb/jmc

PLUS:hp