NOUVELLES

Le chef du gouvernement de New Delhi ordonne de lever le sit-in

21/01/2014 01:02 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Le chef du gouvernement du territoire de Delhi, Arvind Kejriwal, a mis fin mardi au sit-in qu'il avait lui-même organisé pour réclamer des réformes de la police.

M. Kejriwal, s'adressant à la foule, a annoncé que les deux policiers dont il avait demandé la suspension pour mauvaise conduite seraient mis en congé mais qu'il n'avait pas obtenu satisfaction sur sa principale requête, à savoir que les forces de police soient placées sous le contrôle de son gouvernement.

Il a dit que le lieutenant-général de Delhi, nommé par le gouvernement fédéral, lui avait demandé de mettre fin au mouvement de protestation qui a dégénéré en violences mardi.

"A la suite de l'appel du lieutenant-général, nous avons tous décidé de mettre un terme aujourd'hui à notre mouvement de protestation" a précisé M. Kejriwal.

"Je suis très heureux aujourd'hui. Aujourd'hui, les habitants de Delhi ont gagné. Je veux les féliciter" a-t-il ajouté.

Arvind Kejriwal, qui milite contre la corruption, est devenu en décembre chef du gouvernement du territoire de New Delhi. Il s'est proclamé lundi "anarchiste" et a appelé à 10 jours de protestations pour que le gouvernement fédéral accepte de transférer le contrôle de la police de la capitale, généralement considérée comme corrompue et inefficace, du ministère fédéral de l'Intérieur au gouvernement local de New Delhi.

Le gouvernement fédéral, confronté depuis longtemps à des demandes similaires, a une nouvelle fois refusé, arguant du statut spécifique de la capitale.

M. Kejriwal soutient que la police qui catalyse la colère de la population depuis le viol mortel d'une étudiante en décembre 2012, n'a pas été capable d'empêcher les crimes contre les femmes.

"Nous nous engageons à garantir la sécurité des femmes à Delhi. Si une femme est attaquée à Delhi, nous ne resterons pas les bras croisés, nous élèverons la voix" a-t-il souligné.

M. Kejriwal avait réclamé la suspension de cinq responsables de la police, mais seuls deux ont été mis en congé, rappelle l'agence de presse PTI.

Mardi, les forces de l'ordre ont repoussé avec des bâtons, appelés lathis, une centaine de partisans de M. Kejriwal qui voulaient franchir les barricades menant au lieu du sit-in, provoquant quelques contusions chez les manifestants.

Le chef du gouvernement du territoire de Delhi, qui a entamé lundi matin son action dans un parc situé près du ministère de l'Intérieur, a dormi sous une couverture avant d'être réveillé par le froid, la pluie et le vent mardi matin.

Lundi soir, ses assistants ont amené les dossiers et le gouvernement local de cette ville de 17 millions d'habitants a eu une réunion sur les lieux du sit-in.

anb/adp/pdh/ai/bds

PLUS:hp