NOUVELLES

La Berd revoit à la baisse ses prévisions de croissance en Turquie

21/01/2014 04:33 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a revu à la baisse mardi ses prévisions pour la Turquie, empêtrée dans une grave crise politique, et estimé que la reprise resterait lente dans sa zone d'intervention.

La prévision de croissance de la Turquie a été abaissée de 0,3 point à 3,3% pour cette année, ce qui représenterait un ralentissement après les 3,7% estimés pour 2013.

Le retentissant scandale de corruption visant le Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan, qui a déjà provoqué la démission de trois ministres, a fait chuter la livre turque face aux grandes monnaies et grimper le coût d'emprunt.

"La forte incertitude politique actuelle et la décision de la Fed de mettre fin progressivement à sa politique d'assouplissement quantitatif en décembre ont renouvelé les pressions sur la monnaie et augmenté la prime de risque supportée par le pays", estime la Berd.

Au-delà de la Turquie, la Berd prévoit une croissance économique de 2,7% cette année après 2,0% en 2013 dans l'ensemble des pays d'Europe de l'Est, d'Asie centrale et du sud de la Méditerranée dont elle s'occupe.

C'est un tout petit peu moins bien que les 2,8% qu'elle avait anticipés pour 2014 lors de ses dernières prévisions en novembre dernier.

"L'économie mondiale montre des signes de plus en plus positifs, en particulier dans les pays les plus avancés. Mais la région d'intervention de la Berd n'est pas sortie de l'auberge et reste confrontée à de nombreuses difficultés", estime l'économiste en chef de l'institution, Erik Berglof.

Nombre de pays risquent en effet de souffrir d'un assèchement des capitaux en raison du resserrement de la politique monétaire des États-Unis. Après plus de cinq ans de soutien massif à l'économie américaine, la Réserve fédérale (Fed) a commencé en janvier à réduire le montant de son soutien monétaire.

D'un autre côté, les prévisions de la Berd sont plus optimistes pour la zone de l'Europe centrale et de la Baltique, grâce au soutien monétaire et à l'amélioration du marché du travail en Hongrie et en Pologne.

La Berd a été fondée en 1991 pour favoriser le passage des pays de l'ex-bloc soviétique à l'économie de marché et intervenait ainsi à l'origine dans les pays d'Europe de l'Est et d'Asie centrale, avant d'étendre récemment ses interventions au sud de la Méditerranée.

jmi/mg/fw

PLUS:hp