NOUVELLES

Canal de Panama: une sortie de crise est possible selon les administrateurs

21/01/2014 02:34 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Le consortium international chargé de la partie la plus importante de l'élargissement du canal de Panama a soumis une proposition "qui pourrait déboucher sur une solution" dans le conflit financier qui l'oppose aux administrateurs de la voie interocéanique, ont annoncé ces derniers mardi.

"Il y a une proposition sur la table" qui pourrait "déboucher sur une solution à assez long terme et qui permettrait de poursuivre les travaux, ce qui est ce que nous recherchons", a déclaré à la presse l'administrateur du canal Jorge Quijano en marge d'une réunion entre l'Autorité du Canal de Panama (ACP), le consortium et l'assureur des travaux Zürich America International.

Le consortium Groupe uni pour le canal (GUPC) a également reporté au 31 janvier son ultimatum qui était arrivé à échéance lundi et au terme duquel il menaçait de cesser ses travaux s'il n'obtenait pas de l'ACP une rallonge financière de 1,6 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d'euros) pour faire face aux "surcoûts" du chantier.

Attribuée par le GUPC à des problèmes géologiques imprévus sur le chantier, cette ardoise est faramineuse au regard du montant du contrat initial fixé à 3,2 milliards de dollars pour la construction d'une troisième série d'écluses.

"Nous espérons aboutir sur quelque chose de satisfaisant", a indiqué M. Quijano, répétant que l'ACP n'accepterait qu'une solution respectant les termes du contrat avec le GUPC.

Lundi, malgré l'expiration de son ultimatum, le GUPC avait néanmoins poursuivi ses activités, mais au ralenti, et proposé de "cofinancer les coûts imprévus pour continuer les travaux". Mais l'ACP a refusé, expliquant que ce type de montage n'était pas prévu par les clauses du contrat.

L'élargissement du canal de Panama doit permettre à terme le passage de navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs, soit plus du double de la charge actuellement autorisée à emprunter cette voie navigable de 80 km.

La construction des écluses est réalisée à 65% selon l'ACP, qui évalue également à 72% l'avancement global des travaux.

Long de 80 km, le canal de Panama, par lequel transitent 5% du commerce maritime mondial, a été inauguré en 1914 et avait été rétrocédé par les Etats-Unis au Panama en 1999.

jjr/on/ag/via

PLUS:hp