NOUVELLES

Calme précaire dans le sud algérien, touché par des tensions communautaires (agence)

21/01/2014 01:01 EST | Actualisé 23/03/2014 05:12 EDT

Un calme précaire régnait mardi à Ghardaïa, à 600 km au sud d'Alger, secouée par des tensions communautaires qui ont fait deux morts et plusieurs blessés depuis le début de l'année, a rapporté l'agence APS.

Un homme est mort début janvier et dimanche soir un autre a été tué à coups de sabre, et plusieurs blessés.

APS fait état d'un impressionnant dispositif de forces de l'ordre arrivées sur place depuis dimanche. Certains médias, dont le quotidien francophone Liberté, ont évoqué l'envoi dans cette palmeraie du Sahara de quelque 3.000 hommes.

Selon les correspondants de l'agence nationale sur place, les commerces, établissements scolaires et administrations sont restés fermés dans les quartiers de la ville théâtre des violences. Et les rues désertées sont devenues de véritables dépotoirs, en l'absence des services de collecte des déchets ménagers, selon la même source.

Des violences et échauffourées entre groupes de jeunes dans différents quartiers de cette région, la vallée du M'zab, ont eu lieu depuis dimanche.

Sept personnes ont été inculpées et écrouées pour "incendie volontaire et vol qualifié" pour les uns, "incendie volontaire et destructions de biens publics" ou encore "attroupement armé sur la voie publique" pour d'autres, indique l'agence algérienne.

Un comité de coordination mozabite se démène pour calmer la situation issue d'affrontements entre jeunes des deux communautés, mozabite et chaâmba, qui ont pourtant cohabité des centaines d'années dans la région.

Début janvier, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait reçu à Alger des représentants des deux communautés, puis il s'était rendu sur place pour la fête de la naissance du prophète afin de rencontrer la population.

bmk/cbo

PLUS:hp