NOUVELLES

Bombardier coupe 1700 postes dont 1100 au Québec

21/01/2014 10:41 EST | Actualisé 21/01/2014 12:07 EST
Radio-Canada

Quelques jours après avoir annoncé un nouveau retard dans la livraison de la CSeries, Bombardier supprime 1700 postes, surtout au Québec.

De ce nombre, 300 emplois ont été éliminés en décembre. Les employés touchés par ces nouvelles mesures de réduction de dépenses, qui s'ajoutent à celles entreprises en 2012, seront rencontrés par la direction au cours des prochaines semaines. L'annonce de ces mises à pied a été faite aux employés dans une note interne mardi.

Les pertes d'emplois touchent plusieurs secteurs: la fabrication, l'assemblage, l'ingénierie et les ventes entre autres.

En tout, quelque 1100 postes sont perdus à Montréal et à Mirabel et environ 600 aux États-Unis.

En septembre 2012, Bombardier avait annoncé son intention de mettre un frein à l'embauche et de suspendre certaines dépenses, dont les frais de déplacement et de formation, pour économiser ses liquidités.

Vers 11 h, le titre de Bombardier perdait environ 1,25 % à un peu plus de 4 $ à la Bourse de Toronto.

« Le programme de développement de la CSeries est coûteux, a expliqué le professeur de gestion Jacques Roy de HEC Montréal, spécialisé dans le domaine des transports. Or, un an de retard, c'est un an de plus à payer des ingénieurs, etc.. Et, pendant ce temps-là, l'entreprise n'a pas de revenus. »

Le professeur Roy ne recommande pas pour autant aux actionnaires de vendre sur-le-champ leurs titres de Bombardier. « Je pense que les investisseurs vont reconnaître que c'est un geste qui a du bon sens. On veut essayer de dégager des liquidités », a-t-il souligné en entrevue à ICI Radio-Canada Première.

D'ailleurs, l'agence de notation financière Fitch a dévalué la cote de crédit de Bombardier, la faisant passer de BB à BB- vendredi dernier. Dans son communiqué, Fitch affirmait que le retard, dans les livraisons de la CSeries, aura justement un effet négatif à court terme sur les liquidités de l'entreprise.

De plus, l'agence de notation estime que Bombardier mettra plus de temps à réduire son niveau d'endettement.

En septembre 2012, Bombardier avait annoncé son intention de mettre un frein à l'embauche et de suspendre certaines dépenses, dont les frais de déplacement et de formation, pour économiser ses liquidités.

INOLTRE SU HUFFPOST

La CSeries de Bombardier